L'automobiliste roulait sur l'autoroute 40 lorsque sa voiturel est passée par dessus le parapet et a chuté jusqu'à l'intersection des rues De Noue et Saint-Réal.

Ivre, il chute de l'autoroute

Un automobiliste possiblement en état d'ébriété a effectué une sortie de route spectaculaire tôt vendredi matin, vers 5h. Alors qu'il circulait sur l'autoroute 40 en direction ouest, sa voiture a percuté le parapet pour ensuite faire un vol plané et atterrir 40 pieds plus bas, à l'intersection des rues De Nouë et Saint-Réal à Trois-Rivières.
Miraculeusement, l'homme s'en est tiré avec des blessures légères seulement. «Il a été transporté à l'hôpital pour être soigné mais son état n'inspirait aucune crainte. Lors de l'intervention, les agents ont pu percevoir une odeur d'alcool, alors des échantillons seront prélevés pour savoir s'il conduisait avec les facultés affaiblies», a fait savoir Hélène Nepton, porte-parole pour la Sûreté du Québec.
Une enquête est présentement en cours dans ce dossier. Si l'individu présentait effectivement un taux d'alcool plus élevé que la limite permise, il pourrait faire face à des accusations de conduite avec les facultés affaiblies.
Vendredi matin, les traces de l'accident étaient toujours visibles dans le quartier Saint-Sacrement, alors qu'un panneau d'arrêt avait été complètement tordu et que des débris de véhicules se trouvaient encore sur la chaussée.
Du côté du ministère des Transports, une inspection sommaire a été faite aux installations de l'autoroute, mais aucun dommage ne semble avoir été aperçu. «Toutefois, de façon générale, oui le ministère est en mesure de réclamer des montants au conducteur fautif si des dommages étaient constatés aux installations de Transport Québec», confirme le porte-parole régional du ministère, Jean Lamarche. Si des dommages devaient être constatés à la suite de cet accident, l'automobiliste fautif pourrait aussi recevoir la facture des travaux nécessaires à la remise en état des équipements.