Le véhicule de Katherine Beaulieu était complètement détruit après la collision.

Irina Mysliakovskaia remise en liberté

Irina Mysliakovskaia, celle qui avait été reconnue coupable de conduite avec les facultés affaiblies entraînant la mort de Katherine Beaulieu, vient d'être remise en liberté.
Irina Mysliakovskaia, sous l'influence de l'alcool, roulait à contresens au moment de l'impact. - photo : Sylvain Mayer
Au total, Irina Mysliakovskaia aura purgé 12 mois de pénitencier sur une peine de 50 mois. Après cette période de détention, elle aurait demandé un transfert dans une maison de transition, ce qui lui a été accordé. 
Mme Mysliakovskaia aurait ensuite été remise en liberté conditionnelle jusqu'à sa libération complète mardi dernier. 
«Le système carcéral ne fonctionne pas selon la gravité du geste, il évalue si la personne a compris ce qu'elle avait fait et si elle pose un risque pour la société. Mais des récidivistes, il y en a plein», explique la mère de Katherine Beaulieu, Lise Lebel. 
«Je ne serai jamais totalement satisfaite. Elle n'aura pas payé grand-chose de sa vie pour avoir enlevé celle de Katherine [...] Je ne suis pas convaincue qu'elle a compris. Elle nous a quand même fait attendre trois ans avant le début du procès. Elle a utilisé tous les moyens à sa disposition, le procès s'est quand même tenu avec un jury. Pour être satisfaite, j'aurais besoin de sentir qu'elle a changé. Qu'est-ce qu'elle va faire pour changer?», se demande Mme Lebel.
Sur la page Facebook de la Fondation Katherine-Beaulieu, la mère de la victime a tenu à souligner la libération de Mme Mysliakovskaia. «L'expression Être libre comme l'air prend tout son sens en ce 18 juillet 2017. Ce jour est finalement arrivé beaucoup trop vite à mon avis. Cette femme qui, par négligence, a enlevé la vie de Katherine, a terminé de purger sa sentence», peut-on lire sur la page de la Fondation.
Rappelons que la jeune femme de 21 ans a perdu la vie le 3 mai 2010 lorsque son véhicule est entré en collision avec celui de la responsable. Sous l'influence de l'alcool, celle qui a été reconnue coupable du tragique accident le 31 mai 2013 roulait à contresens sur l'autoroute 55.
Plus de sept ans après l'accident, Lise Lebel continue de sensibiliser les jeunes de la province sur les dangers de l'alcool au volant.
Un système déséquilibré
Lise Lebel a aussi profité de l'occasion pour dénoncer ce qu'elle nomme «le déséquilibre du système judiciaire». Elle dénonce le fait que ce sont les victimes qui, paradoxalement, obtiennent le moins de soutien de l'État.
«Elle [Irina Mysliakovskaia] a eu tout, tout, tout le service qu'elle a eu besoin. Elle a vu des psychologues et des psychiatres pour se remettre sur le piton. Pendant ce temps, je suis seule chez moi, sans service ni aide extérieure. Pourrait-il y avoir un balancier? Combien de familles sont dans cette situation-là? Je ne suis pas en colère, mais c'est injuste»,croit-elle.
Loin de demeurer passive, Mme Lebel continue de faire le tour des écoles du Québec afin de sensibiliser les jeunes à la problématique de l'alcool au volant. «C'est là que je mets toutes mes énergies», affirme-t-elle. 
L'automne dernier, Lise Lebel a été récipiendaire du prix Hommage 2016 du CIUSSS Mauricie-et-du-Centre-du-Québec. Le prix lui a été remis en raison du travail constant de sensibilisation de la Fondation Katherine-Beaulieu auprès de la collectivité.