Steve Blanchette a subi de nombreuses blessures.
Steve Blanchette a subi de nombreuses blessures.

Invasion de domicile à La Tuque : «J’ai eu très peur»

La Tuque — «J’ai été attaqué sauvagement!» Steve Blanchette, un homme de 45 ans de La Tuque, a eu peur pour sa vie dans la nuit de dimanche à lundi. Un homme s’est introduit chez lui à La Tuque alors qu’il s’était endormi dans une chaise. Il a été frappé à plusieurs reprises avant que le suspect prenne la fuite.

«Je travaille dans une épicerie et ces temps-ci, on travaille pas mal fort. Je me suis endormi dans mon fauteuil. Je barre toujours ma porte, mais cette journée-là, je ne l’ai pas fait. Mes chiens n’ont pas jappé. Le gars n’a pas sonné, il est entré et il s’est dirigé directement vers moi. Il m’a frappé plusieurs fois. Il avait quelque chose comme un poing américain dans sa main», raconte Steve Blanchette.

«Le docteur qui m’a refait la face a dit que c’était trop magané pour que ce soit un poing. J’ai failli perdre un œil et la vue. S’il n’y avait eu personne d’autre, je serais mort. C’est un monstre qui est entré ici», ajoute-t-il.

Steve Blanchette a également des blessures aux bras et aux jambes. C’est un membre de sa famille qui a surpris le suspect.

«Il a eu de la misère à ouvrir la porte. Mon gendre l’a vu quand il a monté les marches. Il (le suspect) avait de la misère à tourner la poignée pour s’enfuir parce qu’il avait de quoi dans les mains», affirme-t-il.

L’homme a été transféré dans un centre hospitalier de Trois-Rivières pour soigner ses blessures.

«J’avais une paupière du haut complètement descendue en bas, mon os en dessous de l’œil a été renfoncé. J’ai aussi des blessures aux bras et aux jambes. J’étais par terre et il continuait de me frapper. Là, je prends toutes sortes de médicaments pour enlever le mal», raconte-t-il.

Les membres de la famille qui ont vu une partie de la scène sont encore sous le choc. Steve Blanchette lui, vit avec la crainte de se faire attaquer de nouveau ou que cet individu puisse s’en prendre à quelqu’un d’autre.

«Je barricade ma maison […] J’ai eu très peur», dit-il avec émotion.

L’événement s’est produit sur la rue des Rondiers à La Tuque, dans la nuit de dimanche à lundi.

La Sûreté du Québec a fait savoir qu’une enquête était en cours. Les techniciens en scène de crime et les enquêteurs de la Sûreté du Québec sont allés sur place, mais il n’y a eu aucune arrestation. Aucun vol n’a été commis sur place.

Les gens possédant de l’information sur cette affaire peuvent communiquer, confidentiellement, avec la centrale de l’information criminelle de la SQ au 1 800 659-4264.