Un incendie s’est déclaré, jeudi après-midi, à la Pépinière forestière de Grandes-Piles.
Un incendie s’est déclaré, jeudi après-midi, à la Pépinière forestière de Grandes-Piles.

Incendie dans une pépinière de Grandes-Piles

GRANDES-PILES — Un incendie d’envergure s’est déclaré, jeudi après-midi, à la Pépinière forestière de Grandes-Piles située en bordure de la route 155.

Selon les informations fournies par le directeur de la Régie des incendies de la Vallée du Saint-Maurice, Alain Beauséjour, c’est dans un entrepôt de l’endroit que les flammes ont pris naissance vers le milieu de l’après-midi. Aussitôt, une trentaine de pompiers des Régies des incendies du Centre-Mékinac et de Shawinigan ont été dépêchés sur les lieux.

Comme le brasier avait progressé rapidement, les urgences n’ont pas été en mesure de contenir l’incendie à temps pour sauver l’entrepôt, qu’ils ont été forcés de démolir. Les édifices adjacents, soit le bureau administratif de la pépinière ainsi qu’un garage, ont pu être épargnés grâce au travail des pompiers.

Probablement stationné trop près des flammes, un véhicule du ministère des Transports du Québec a été endommagé.

Heureusement, les flammes n'ont fait aucun blessé. Toutefois, en raison de la chaleur, les pompiers ont rapidement eu besoin de rafraîchissements afin de continuer leur travail sans danger.

«On est bien contents que personne ne soit blessé. De plus, comme il s’agit d’un entrepôt, les opérations de l’entreprise devraient continuer sans trop de problèmes. Nous avons tout de même perdu du matériel et certaines activités pourraient être perturbées, mais nous avons pu nous en sortir sans trop de dégâts pour la compagnie», a témoigné la directrice de la pépinière, Danielle Marchand.

La circulation sur la route 155 a pu poursuivre son cours normal malgré l’incident. La visibilité des automobilistes a cependant été quelque peu obstruée par l’épais nuage de fumée qui émanait de l’entrepôt.

Les pompiers n’ont pas pu identifier la cause de l’incendie pour l’instant. La présence d’un four dans l’édifice qui a brûlé laisse toutefois croire au que le brasier aurait pu naître à cet endroit. Ce sera la première piste empruntée lors de l’enquête.