L’incendie s’est déclaré dans un logement de cet immeuble de la rue Duplessis.

Incendie criminel au Cap

Trois-Rivières — Condamné il y a deux semaines à purger 90 jours de prison durant les fins de semaine pour du trafic de stupéfiants, Frédéric Saint-Laurent est de retour devant la justice, lui qui est maintenant accusé d’incendie criminel concernant un feu survenu mardi soir dans le secteur Cap-de-la-Madeleine.

Saint-Laurent, 43 ans, a comparu mercredi après-midi au palais de justice de Trois-Rivières pour être accusé d’incendie criminel et de liberté illégale. Saint-Laurent ne se serait pas présenté comme prévu au centre de détention durant la dernière fin de semaine, lui qui a reçu sa peine le 6 décembre au même palais de justice.

Ce Trifluvien a été retracé mardi soir par les policiers de Trois-Rivières à la suite d’un début d’incendie qui s’est déclaré vers 17 h 45 dans un immeuble de six logements de la rue Duplessis. C’est un occupant d’un logement de cet immeuble qui a contacté les services d’urgence pour signaler la présence de fumée.

Durant l’intervention des pompiers, leur attention a été attirée par certains éléments criminels. Les pompiers ont contacté la police trifluvienne. Elle a aussitôt dépêché un enquêteur et un technicien en identité judiciaire.

Après une expertise de la scène, l’enquête a permis à des patrouilleurs de retrouver cet homme dans le secteur de la rue Barkoff. L’individu présentait des signes de problèmes psychiatriques. Il a été envoyé à l’hôpital pour y passer la nuit.

La poursuite s’est opposée à la remise en liberté de Saint-Laurent à la suite de sa comparution. Son dossier reviendra devant la cour jeudi afin qu’une date soit fixée pour la tenue de son enquête sur caution.

Les dommages causés par l’incendie ont été limités au logement d’où émanaient de la fumée et des flammes. Ce logement occupé était désert lors du brasier.