Trois jeunes ont été arrêtés concernant l’incendie qui a endommagé le centre communautaire de Louiseville, dimanche.

Incendie au centre communautaire de Louiseville: trois mineurs arrêtés

Les policiers ont mis la main au collet des présumés auteurs d’un incendie criminel, survenu dimanche, au centre communautaire de Louiseville. Trois jeunes d’âge mineur ont été arrêtés, mercredi matin.

«L’enquête tend à démontrer qu’ils pourraient être reliés à d’autres incendies survenus dans le secteur dans les dernières semaines. Éventuellement, ils vont sûrement faire face à des accusations au Tribunal de la jeunesse en lien avec les incendies criminels», explique le sergent Marc Tessier, porte-parole de la Sûreté du Québec.

Rappelons que le centre communautaire de Louiseville a été la cible d’un incendie criminel, dans l’après-midi de dimanche. Les pompiers ont rapidement éteint les flammes, mais les dommages seraient importants. Le bâtiment du rang de la Petite-Rivière est vide depuis l’automne dernier alors que les organismes y louant des locaux ont dû se trouver un autre toit à la suite de la découverte de plusieurs fissures. Depuis, le centre est sous analyse et son avenir est plus qu’incertain. La Ville devrait être fixée dans un mois.

Ce n’est pas le seul acte de vandalisme à s’être produit à Louiseville au cours des dernières semaines.  Le 20 mars, c’est une poubelle dans la cabane utilisée par les usagers de la patinoire de la Place Canadel qui avait été la proie des flammes. D’autres méfaits s’étaient produits au même endroit au cours de l’hiver. 

De plus, après l’incendie au centre communautaire, les pompiers ont dû se rendre à l’école Panneton pour éteindre un feu dans un conteneur.

Le maire Yvon Deshaies est soulagé par ce dénouement. Même si la culpabilité de ces jeunes n’a pas encore été prouvée, il espère que ces arrestations vont mettre fin à cette série noire. «Je suis content parce que les gens commençaient à être inquiets. En quelques semaines, on a eu un feu dans une poubelle à la Place Canadel, au centre communautaire, dans un conteneur à l’école Panneton. Ce n’était pas normal. Je me demandais où ces gens allaient s’arrêter. Je me demandais s’ils n’allaient pas finir par mettre le feu dans une maison. Ça commençait à m’inquiéter un peu. D’un autre côté, je trouve ça dommage pour les parents», raconte-t-il.

M. Deshaies est soulagé que rien de plus grave ne se soit produit. «Ils préparaient trois ou quatre places pour mettre le feu dans le centre communautaire. C’est grave. Ce sont des gestes intolérables et bien décevants. Sans compter qu’en mettant le feu dans cette bâtisse-là, les pompiers étaient à risque. Il y avait une boucane noire. Les pompiers ne voyaient rien. Il aurait pu y avoir un décès ou un accident grave. C’était très dangereux», déplore le maire.

L’incendie a été allumé dans la salle où se trouve la chaudière. Selon M. Deshaies, les dommages au centre communautaire sont encore plus importants qu’anticipé. «On me dit que c’est très magané. Les dommages vont être immenses. Plus qu’on pensait. Il va avoir beaucoup d’argent à mettre dessus. Ça vient de donner un autre coup à la bâtisse.»