Un incendie considéré suspect a été allumé dans l’ancien centre communautaire de Louiseville, dimanche.

Incendie à l'ancien centre communautaire de Louiseville: «Là, c’est rendu grave»

LOUISEVILLE — L’ancien centre communautaire de Louiseville situé sur le rang de la Petite-Rivière a été la cible d’un incendie considéré comme suspect, dimanche en milieu d’après-midi.

Les pompiers ont été appelés sur les lieux vers 14 h 45. Ils sont parvenus à maîtriser les flammes rapidement, mais ont contacté la Sûreté du Québec (SQ) afin qu’elle mène l’enquête sur les causes.

Le maire de Louiseville, Yvon Deshaies, dit s’être rendu sur les lieux, dimanche. Selon lui, des gens auraient cassé une vitre pour entrer dans l’édifice. L’incendie aurait été allumé dans la salle où se trouve la chaudière de la bâtisse, causant d’importants dégâts. Le système d’alarme du bâtiment, qui n’a pas été coupé dans plusieurs sections, s’est d’ailleurs déclenché, peu avant que les pompiers soient avisés. Ces derniers auraient également été appelés pour un autre incendie allumé dans un conteneur derrière l’école Panneton, alors qu’ils terminaient tout juste d’éteindre celui sur le rang de la Petite-Rivière.

Ce nouvel épisode fâcheux rend l’avenir du bâtiment encore plus incertain. L’édifice avait été évacué, l’automne dernier, lorsqu’une large fissure y a été découverte. Dix-sept organismes communautaires qui y étaient installés ont dû déménager d’urgence, de même que la bibliothèque de la ville.

«On attend les analyses des ingénieurs, d’ici un mois, pour savoir ce qu’on va faire avec le bâtiment, explique M. Deshaies. On attend de savoir combien ça coûterait pour le réparer avant de prendre une décision, mais là, c’est sûr que les coûts viennent d’augmenter beaucoup.»

La Ville de Louiseville a fait placarder les vitres qui ont été brisées, afin d’éviter d’autres intrusions dans le bâtiment.

L’assureur de la Ville de Louiseville doit passer lundi matin pour faire une estimation des dégâts.

De son côté, la SQ a envoyé des techniciens en scène d’incendie et des enquêteurs pour faire la lumière sur les circonstances de cet événement.

Vandalisme?

Bien qu’il attende les conclusions de l’enquête policière pour être fixé, M. Deshaies soupçonne que les auteurs de cet incendie suspect sont ceux responsables d’autres récents actes de vandalisme à Louiseville au cours des derniers mois. Un incendie qui semblait également être criminel avait été allumé dans une poubelle de la cabane utilisée par les usagers de la patinoire de la Place Canadel, le 20 mars dernier. D’autres épisodes de vandalisme se sont produits au même endroit au cours de l’hiver.

«On ne dit pas que c’est des jeunes, mais il y a sûrement plus qu’une personne qui s’amuse à faire des coups semblables, affirme M. Deshaies. Selon moi, c’est sûrement la même gang (qu’à la Place Canadel), alors j’espère qu’on va les pincer. De mettre le feu dans un conteneur, je ne dis pas que c’est passable, mais c’est moins dangereux. Mais de mettre le feu dans une bâtisse, là c’est rendu grave.»

D’autant plus que les auteurs de l’incendie auraient vidé les extincteurs du bâtiment avant d’y mettre le feu, ajoute M. Deshaies.

Appel à la vigilance

Le maire de Louiseville appelle donc ses concitoyens à faire preuve de vigilance. Même s’il rappelle qu’il revient aux policiers d’attraper les coupables, il demande aux Louisevillois de rapporter aux autorités toute situation anormale. «On va demander aux citoyens, s’ils voient un attroupement, d’appeler la police, parce que ce n’est pas normal, explique M. Deshaies. Ce serait une bonne idée aussi qu’ils vérifient leur cabanon et les poubelles. Si elles sont pleines et qu’elles sont sur le bord de leur maison, de faire attention à ça. Il faut être vigilant parce que ce qui se passe là, ce n’est pas normal et je trouve ça très grave.»

«La police est avisée et elle va faire une surveillance plus étroite», ajoute M. Deshaies.