Henri St-Jarre a été condamné à 6 mois d’emprisonnement.

Henri St-Jarre plaide coupable

LA TUQUE — Henri St-Jarre a reconnu sa culpabilité dans plusieurs dossiers, mercredi, au palais de justice de La Tuque. Il a été condamné à 6 mois d’emprisonnement et devra se soumettre à une probation de 18 mois incluant un suivi de 12 mois. En novembre dernier, Henri St-Jarre s’était trompé d’adresse en cherchant un individu. Il s’était présenté à un domicile avec une arbalète alors qu’il lui était interdit d’en posséder une.

Il a plaidé coupable à une accusation de possession d’arme, soit une arbalète, dans un dessein dangereux pour la paix publique et de nombreux bris de probation. Henri St-Jarre est un individu qui a déjà des antécédents judiciaires, dont certains en semblables matières.

En novembre dernier, la plaignante a signalé aux policiers qu’un individu habillé en armé s’était présenté chez elle muni d’une arbalète, qu’il l’aurait pointée en sa direction et qu’il se trouvait toujours devant chez elle. À l’arrivée des policiers, l’homme fortement intoxiqué par l’alcool aurait abandonné son arme qui était toujours crinquée. Les policiers ont trouvé une flèche là où se trouvait le suspect qui était sous le coup de deux ordonnances de possession d’armes à feu.

Henri St-Jarre avait été remis en liberté pour compléter une thérapie de trois mois. À sa sortie de thérapie, l’individu s’est présenté à une succursale de la SAQ de Laval. Il a demandé où se trouvait l’alcool 94%. Il a pris la bouteille et a avisé l’employé qu’il ne paierait pas en quittant le magasin. Il a été arrêté et condamné à une amende dans ce dossier dans un autre dossier.

«C’est la raison pour laquelle on a demandé de révoquer sa liberté», a expliqué le procureur de la Couronne.

Henri St-Jarre a tenu à s’adresser au Tribunal avant que le juge prononce la sentence qui avait été suggérée de façon commune par les avocats.

«J’ai décidé de faire de moi un homme et de prendre mes responsabilités vis-à-vis mes actes», a-t-il lancé.

Les avocats avaient proposé à l’individu de retourner en thérapie 6 mois, mais Henri St-Jarre a refusé. Il prétend avoir déjà les acquis nécessaires, et il souhaite cependant les appliquer.

«Retourner en thérapie n’aurait pas été en accord avec ce que j’ai décidé de faire de ma vie», a-t-il expliqué.

Henri St-Jarre a été condamné à 6 mois d’emprisonnement, moins le temps préventif de 20 jours. Il devra se soumettre à une probation de 18 mois et se conformer à de nombreuses conditions dont, ne pas consommer d’alcool, ne pas se trouver à l’adresse de la plaignante et suivre les directives de son agent de probation concernant toutes thérapies relativement à une problématique de toxicomanie ou de personne violente.

Il lui sera également interdit d’avoir en sa possession des armes à feu, arbalètes, armes prohibées ou armes à autorisation restreinte pour les dix prochaines années.