Ghislain Bertrand est accusé de voie de faits.

Ghislain Bertrand comparaît pour des voies de fait

La Tuque — Le propriétaire d’une résidence pour personnes âgées de La Tuque a comparu au palais de justice de La Tuque, mercredi, pour une histoire de maltraitance envers une aînée de plus de 75 ans. Ghislain Bertrand a été formellement accusé de voies de fait.

Les événements se seraient déroulés vers le 1er mars à La Tuque à la Résidence Bertrand située sur la rue Saint-Michel. Selon ce qu’a appris Le Nouvelliste, l’accusé aurait poussé une dame âgée ayant des troubles cognitifs pour la faire sortir de sa chambre. Il lui aurait également asséné des coups, dont un à la tête.

L’homme d’une cinquantaine d’années a été remis en liberté sous de nombreuses conditions. Il reviendra devant le tribunal au mois d’avril.

En plus de garder la paix et d’avoir une bonne conduite, il lui sera interdit de communiquer ou d’être en présence de la plaignante. Il lui sera également interdit de chercher, d’accepter ou de garder un emploi, rémunéré ou non, ou un travail bénévole qui le placerait en relation de confiance ou d’autorité vis-à-vis de personnes de plus de 60 ans ou toutes personnes considérées inaptes, non autonomes ou placées sous curatelle.

Rappelons que la résidence Bertrand est une maison pour personnes retraitées qui offre différents services aux aînés qui ont une autonomie réduite.