Garçon égaré: l’enfant n’a pas été ignoré, dit la SQ

Trois-Rivières — La Sûreté du Québec indique avoir procédé aux vérifications nécessaires en ce qui concerne l’histoire de cet enfant de huit ans qui aurait été ignoré par une préposée du poste de la rue Tousignant, dans le secteur Cap-de-la-Madeleine, alors qu’il avait besoin d’aide car il s’était égaré. Il semble, selon la SQ, que l’enfant n’ait pas été ignoré comme avait soutenu son père, en entrevue au 106,9 Mauricie, mais bien que la préposée était déjà sur un appel d’urgence qu’elle ne pouvait interrompre.

Dès la fin de l’appel, la préposée se serait rendue à la rencontre du garçon, qui avait depuis quitté les lieux, indique la porte-parole de la SQ, Martine Asselin.

On se souviendra qu’au début du mois de juillet, l’enfant s’était égaré en raccompagnant un ami chez lui à quelques rues de son domicile. Le garçon de huit ans dit avoir cogné à la porte du poste, sans toutefois obtenir de réponse. Il a par la suite aperçu une employée à l’intérieur, ce qui l’a poussé à cogner dans la vitre pour avoir de l’aide.

«Nos vérifications nous permettent de dire que l’employée ne l’a pas ignoré, mais était affairée à répondre à un appel 911, ce qui est sa principale fonction. Ce genre d’appel ne peut être interrompu facilement, étant donné que nous avons souvent à transmettre de l’information aux policiers au sujet de situations urgentes. L’appel a duré 2 minutes et 18 secondes. Elle s’est ensuite rendue à la rencontre du garçon, mais il avait déjà quitté les lieux», mentionne Martine Asselin.

Cette dernière a voulu se faire rassurante auprès de la population. «En aucun moment, il ne faudrait que le public croie qu’ils ne recevront pas d’assistance en se présentant à un poste de police. C’est toujours la chose à faire lorsqu’on a besoin d’aide ou d’assistance», conclut-elle.