Frédéric Saint-Laurent est accusé d’incendie criminel

Trois-Rivières — Frédéric Saint-Laurent, cet individu arrêté mardi soir en lien avec un début d’incendie survenu dans le secteur Cap-de-la-Madeleine, devra subir une évaluation psychiatrique visant à déterminer sa responsabilité criminelle.

La demande a été faite, jeudi, par son avocat Me Simon Gélinas en raison des problèmes de santé mentale dont souffrirait son client. Le juge Jacques Trudel a consenti à ce que le suspect subisse cette évaluation. La cause a donc été reportée au 30 janvier. D’ici là, le suspect demeure détenu. 

Rappelons que Saint-Laurent, 43 ans, a comparu mercredi après-midi au palais de justice de Trois-Rivières pour y être accusé d’incendie criminel et de liberté illégale. Dans un premier temps, on le soupçonne d’avoir mis le feu dans un immeuble à logements de la rue Duplessis. Les dommages s’étaient par contre limités au logement d’où provenait le début d’incendie.

Dans un second temps, on l’accuse aussi de liberté illégale. Il y a deux semaines, il avait été condamné à purger 90 jours de prison durant les fins de semaine pour du trafic de stupéfiants mais il aurait omis de se présenter comme prévu au centre de détention durant la dernière fin de semaine.