Sylvain Nolette a admis avoir fraudé plusieurs personnes depuis 2015, principalement des personnes âgées ou en situation de grande vulnérabilité.

Fraudes contre des personnes âgées: Sylvain Nolette plaide coupable

Trois-Rivières — Sylvain Nolette a plaidé coupable, vendredi, à la majorité des accusations portées contre lui pour des fraudes contre des personnes âgées et vulnérables.

Cet individu de 51 ans a en effet admis avoir commis pas moins de 24 fraudes entre novembre 2015 et septembre 2017. La plupart de ses victimes sont des personnes âgées. Comme l’a expliqué la procureure de la Couronne, Me Julie Forget, son modus operandi était toujours le même: le suspect sollicitait des personnes, de préférence des aînés, pour leur offrir différents services d’entretien extérieur comme des services d’élagage, la coupe du gazon, la taille de haie. Il leur demandait un acompte ou de l’argent sous un faux prétexte en promettant de revenir effectuer les travaux avec ses équipements. 

Or, il disparaissait sans donner de nouvelles au client. Le montant des fraudes pouvait varier entre 20 $ et 1000 $ environ. Dans l’un des cas, il a fraudé pour 3925$ un homme souffrant d’Alzheimer. La perte réelle monétaire pour celui-ci a été estimée à 2925$. 

Représenté par Me Emmanuel Ayotte, il a également plaidé coupable à des chefs de falsification de documents, bris de conditions et bris de probation. 

L’enquêteuse Ann Bertrand a raconté au tribunal que les victimes éprouvaient beaucoup de honte d’avoir été arnaquées de la sorte. En fait, c’est ce même sentiment de honte qui explique que certaines ne voulaient même pas porter plainte à la police au départ et en informer leur famille. 

Sylvain Nolette, alias Sylvain Tremblay, avait déjà écopé de 36 mois de prison en 2006 pour un vol qualifié et de neuf mois de prison pour des délits de même nature en 2014. 

À l’automne 2016, il avait de nouveau été épinglé pour des fraudes, mais remis en liberté sous certaines conditions, notamment de ne plus offrir ses services à des personnes âgées de plus de 65 ans. Or, quelques jours après sa libération il aurait récidivé auprès de celles-ci. Il a donc été arrêté une nouvelle fois le 15 novembre 2016. Le 22 novembre, il avait été libéré, mais avec la condition de suivre une thérapie. Il en aurait malgré tout profité pour commettre d’autres fraudes au cours de l’année 2017 jusqu’à son arrestation le 26 septembre dernier. Depuis, il n’a jamais pu reprendre sa liberté en raison du risque élevé de récidive. 

Vendredi, par le biais d’une lettre, il a fait savoir qu’il regrettait ses délits.

Les plaidoiries sur sentence auront lieu le 19 décembre.