Le palais de justice de Trois-Rivières.

Fraude d'un million: le couple Devries-Satgé se désiste de son appel

Liliane Devries, 72 ans et Alain Satgé, 80 ans, ces deux fraudeurs condamnés à des peines de pénitencier pour avoir floué un nonagénaire d'une somme de 1 million $, ont finalement décidé de se désister de leur appel.
Dans les jours qui avaient suivi leur condamnation en novembre 2015, ces Français avaient en effet présenté une requête devant la Cour d'appel pour tenter d'annuler le verdict de culpabilité rendu contre eux. Or, le 3 mars dernier, ils ont plutôt renoncé à porter leur cause en appel. 
À la lumière des procédures entreprises par le service d'immigration devant la Cour du Québec, ils seront de toute évidence renvoyés en France dès qu'ils seront libérés de prison. Un agent des services frontaliers a en effet obtenu du tribunal la permission que leur passeport leur soit remis dans le cadre de cette mesure d'expulsion.
Rappelons qu'en mars 2016, Liliane Devries et Alain Satgé avaient été condamnés à purger respectivement des peines de quatre ans et trois ans pour une fraude commise contre Albany Duhaime à Trois-Rivières et au Lac-Saint-Jean entre 2004 et 2010.
Lors du prononcé de la sentence, la juge Guylaine Tremblay avait même qualifié d'odieux leur comportement pour avoir ainsi abusé d'une personne âgée en situation de grande vulnérabilité, qui souffrait de troubles cognitifs et de la maladie d'Alzheimer.
Elle avait également noté que le couple avait porté atteinte à la dignité de M. Duhaime puisqu'il l'avait pratiquement abandonné à lui-même après l'avoir dépouillé de son argent. Liliane Devries et Alain Satgé l'avaient ensuite déraciné en l'emmenant vivre avec eux au Lac-Saint-Jean afin de l'utiliser pour camoufler leurs délits.
Le pire est qu'ils étaient de très bons amis de M. Duhaime et de sa femme. Or, à la suite de la mort de celle-ci en France, le pauvre homme s'était retrouvé seul et en situation de vulnérabilité, car c'est elle notamment qui gérait tous leurs avoirs. Le couple avait décidé de veiller sur lui lors de leur retour au Québec. Il leur avait confié la gestion de la succession en leur donnant des procurations et un mandat général. 
Les Français en avaient donc profité pour dilapider toute sa fortune en faisant des virements bancaires, endossant des chèques et retirant plusieurs milliers de dollars en argent liquide à leur profit. Ils s'étaient notamment emparés de plus de 600 000 $ provenant de la succession de sa femme décédée et d'une somme dépassant les 270 000 $ appartenant à M. Duhaime.
À cela, on peut ajouter une maison valant plus de 90 000 $ et des véhicules que M. Duhaime leur avait donnés. Qui plus est, la preuve avait révélé qu'ils avaient agi par appât du gain uniquement. La fortune de M. Duhaime avait été utilisée à des fins personnelles pour l'achat d'une maison, de voyages, d'un centre de plein air à Lamarche et des dépenses courantes. M. Duhaime était décédé en 2013 à l'âge de 97 ans avant la tenue du procès.