François Asselin

François Asselin cité à procès

TROIS-RIVIÈRES — François Asselin a formellement été cité à subir son procès pour le meurtre non prémédité de son père Gilles Giasson et pour outrage à son cadavre.

Au terme d’une enquête préliminaire qui aura finalement nécessité deux journées d’audiences, le juge David Bouchard l’a en effet renvoyé à subir son procès devant juge et jury. Des dates pourraient être fixées lorsqu’il comparaîtra devant la Cour supérieure au prochain terme des assises le 6 septembre.

Si, en avril dernier, une vingtaine de témoins devaient être entendus dans le cadre de cette enquête préliminaire d’une durée prévue de 5 jours, les admissions entre les avocats auront permis d’accélérer le débat. C’est ainsi que depuis lundi, 14 personnes ont défilé à la barre des témoins pour donner leur version des faits sur certains aspects spécifiques du dossier. Il y a notamment eu des policiers, des proches et amis de la victime et/ou du suspect, des débardeurs, un agent de sécurité et un éboueur. Mercredi, les audiences ont pris fin avec le témoignage d’une biologiste judiciaire. Notons qu’une ordonnance de non-publication nous empêche de dévoiler le contenu de la preuve et des témoignages.

«On s’est servi de l’enquête préliminaire pour explorer davantage la preuve. Ça s’est déroulé rondement et on est satisfait du résultat de l’enquête», a indiqué Me Benoît Larouche, le procureur de la Couronne en charge de ce dossier avec sa collègue, Me Catherine Lemay.

Rappelons par ailleurs que l’avocate du prévenu, Me Caroline Monette, avait annoncé dès le début que le renvoi à procès n’était pas contesté. Dans ses questions aux témoins, elle a notamment tenté d’en savoir plus sur le comportement post-délictuel de l’accusé pour évaluer la pertinence ou non d’invoquer une défense de non-responsabilité criminelle. Interrogée à ce sujet, elle n’a pas voulu commenter.

Le Trifluvien est accusé du meurtre non prémédité de son père Gilles Giasson, 67 ans, et d’outrage à son cadavre. Il l’aurait assassiné le 8 mai 2018 dans leur logement de la rue Sainte-Cécile à Trois-Rivières avant de disposer ses restes entre le 8 et le 11 mai. Des restes humains avaient notamment été retrouvés au site d’enfouissement de Saint-Étienne-des-Grès.

En ce qui concerne l’autre dossier de meurtre, soit celui du meurtre au second degré de son collègue de travail François Lefebvre, 59 ans de Trois-Rivières et d’outrage à son cadavre, le procès se déroulera à Sherbrooke puisque le crime a eu lieu à cet endroit. La cause a également été fixée au prochain terme des assises de ce district judiciaire pour fixer des dates de procès.