Francis Fournier

Francis Fournier plaide coupable

LA TUQUE — Francis Fournier a reconnu avoir commis des voies de faits graves et avoir eu en sa possession une arme dans un dessein dangereux en lien avec une agression armée qui s’est déroulée à la sortie des bars au mois de juillet 2018 à La Tuque. Le juge a ordonné la confection d’un rapport présentenciel pour la suite des procédures.

L’agression s’est produite après une soirée bien arrosée dans un bar du centre-ville de La Tuque. Une altercation a éclaté entre Francis Fournier et la victime. L’accusé aurait alors donné trois coups de couteau.

«Il y en a un à l’abdomen qui a fait des lésions partielles. Il y en a eu un autre au niveau du thorax qui a causé un pneumothorax, il y a eu plus de peur que de mal, mais le couteau s’est quand même rendu assez profond. La blessure la plus grave, c’est le troisième coup de couteau qui est donné au niveau du bras gauche qui va couper des nerfs», a indiqué le procureur de la Couronne, Me Éric Thériault.

Ce dernier a également expliqué au Tribunal qu’à ce jour, la victime n’est plus capable de bouger son pouce et que les quatre autres doigts et l’avant-bras bougent très peu.

Plus tôt, lors de cette même soirée de juillet 2018, Francis Fournier avait, à quelques reprises, sorti un couteau alors qu’il était dans le bar. Les événements ont été captés par les caméras de surveillance du bar. L’individu aurait même été averti par un employé de ne plus sortir le couteau en question.

Francis Fournier avait été arrêté le lendemain de l’agression devant l’école forestière de La Tuque. Lors de l’enquête, les vêtements qu’il portait le soir de l’événement avaient été retrouvés imbibés de sang dans la poubelle devant son appartement. L’ADN de la victime se retrouvait sur les vêtements de Francis Fournier. Le couteau n’a toutefois jamais été retrouvé.

Le juge a ordonné la confection d’un rapport présentenciel pour la suite des procédures.