Francis Fournier est arrivé menotté au palais de justice de La Tuque.

Francis Fournier est remis en liberté

LA TUQUE — Francis Fournier était de retour devant la justice, mercredi. L’individu est accusé de voies de fait graves, de voies de fait armées et de possession d’une arme dans un dessein dangereux en lien avec l’agression armée qui s’est déroulée à la sortie des bars la semaine dernière à La Tuque. L’homme de 27 ans a été remis en liberté sous de nombreuses conditions.

Le père de l’accusé a versé une caution de 5000 $ pour que son fils soit remis en liberté. Pendant les procédures judiciaires, Francis Fournier devra se soumettre à plusieurs restrictions. En plus de garder la paix et d’avoir une bonne conduite, il sera soumis à un couvre-feu entre 22 h et 6 h.

Francis Fournier devra poursuivre sa formation actuelle à l’école forestière de La Tuque, la compléter et n’avoir aucune absence ou retard non justifiés.

Francis Fournier

Il lui sera interdit de communiquer avec le plaignant ou de se trouver en sa présence. L’accusé ne pourra pas non plus communiquer avec les témoins dans cette affaire.

Il sera défendu à Francis Fournier de consommer de l’alcool et des drogues, sauf sur ordonnance. Il ne pourra pas se trouver dans les bars ou les discothèques.

Rappelons que le plaignant dans cette affaire avait dû être transporté dans un hôpital de Trois-Rivières pour soigner ses blessures après une dispute à la sortie d’un établissement licencié vers 4 h du matin, vendredi.

«Une personne a été blessée à l’aide d’une arme blanche», avait alors indiqué Marc Tessier, porte-parole de la Sûreté du Québec.