Le toit de l'école des Pionniers a été soulevé par les fortes rafales.
Le toit de l'école des Pionniers a été soulevé par les fortes rafales.

Forts vents: de nombreux dégâts dans la région

Trois-Rivières — Après la pluie, ce sont les forts vents qui se mettent de la partie vendredi matin, en Mauricie et au Centre-du-Québec, ce qui occasionne plusieurs pannes électriques de même que des accidents de la circulation. La circulation sur le pont Laviolette a été interdite aux véhicules lourds pour une partie de la journée et deux écoles secondaires trifluviennes ont été évacuées.

Partout en Mauricie, ce sont près de 73 000 clients d’Hydro-Québec qui étaient plongés dans le noir vers 17h, vendredi. Des milliers d'entre eux étaient également privés de courant au Centre-du-Québec. En raison d’une difficulté technique à laquelle est confrontée Hydro-Québec, le nombre exact d’abonnés touchés n’est pas connu pour le moment. 

La société d'État a recensé plus de 2000 pannes sur son réseau à travers toute la province. Étant donné l'ampleur des dégâts, alors que de nombreux fils et des poteaux ont été arrachés par des arbres ou divers débris volants, Hydro-Québec mettra plusieurs jours à rétablir le courant partout. En conférence de presse, vendredi après-midi, le président d'Hydro-Québec Distribution, Éric Filion, a prévenu que certains foyers se trouvant dans des zones plus éloignées où aux endroits où le réseau a été fortement endommagé pourraient rester sans électricité jusqu'au début de la semaine prochaine. 

Plusieurs routes fermées

Les dégâts causés par le vent ont entraîné la fermeture de plusieurs routes et la perturbation de la circulation partout dans la région. Au Centre-du-Québec, les routes 161, entre Saint-Wenceslas et Sainte-Eulalie, 265, à parisville, et 263, à Sainte-Marie-de Blandford, sont fermées en raison de poteaux et d’arbres tombés sur la chaussée. Par ailleurs, les automobilistes qui empruntent la route 132, à Bécancour, doivent utiliser une voie de contournement en raison du débordement de la rivière de la ferme, légèrement à l’est du parc industriel Laprade. La circulation sur cette même route a également été perturbée, plus tôt dans la journée, en raison d’un glissement de terrain à Baie-du-Febvre.

Du côté de la Mauricie, la route 153, à Yamachiche, a également été fermée à la circulation en raison de poteaux tombés sur la chaussée, à proximité de l’autoroute 40. En Haute-Mauricie, la circulation a également été perturbée sur la route 25 qui mène à Wemotaci, se faisant en alternance le temps que les débris de poteaux et d’arbres soient dégagés.

La circulation des voitures se passe normalement sur le pont Laviolette. En fin d’avant-midi, toutefois, un bouchon s’étirait jusqu’à la jonction de l’autoroute 30 et des policiers étaient sur le pont pour intervenir auprès des usagers, en direction nord. Certains camionneurs auraient tenté de franchir le pont malgré l’avis de fermeture. Ce dernier a été levé en fin d'après-midi, mais une voie en direction sud était fermée en raison d'un problème avec un feu signalisation, ce qui a de nouveau causé un important bouchon de circulation sur les autoroutes 55 sud et 40 ouest.

Deux écoles évacuées

Les élèves et le personnel de l’école Les Pionniers de Trois-Rivières ont été évacués de façon préventive, car la membrane de la toiture aurait commencé à décoller. Sur l’heure du midi, des autobus scolaires s’affairaient à ramener les élèves chez eux, sous la supervision de plusieurs policiers. Des pompiers étaient également à l’oeuvre pour évaluer l’ampleur des dégâts et vérifier si l’incident a affaibli la structure ou non. L’Académie les Estacades a également été évacuée en raison d’une panne d’électricité.

Plusieurs autres toitures ont été arrachées ou endommagées sérieusement par les vents violents, à plusieurs endroits à Trois-Rivières. Plusieurs commerces ont dû fermer temporairement en raison des pannes de courant ou de dégâts subis. Ce fut le cas d’Auto Jean 23, au coin des boulevards Jean-XXIII et Mauricien. Le recouvrement de la toiture a été complètement arraché, en fin d’avant-midi. Le garage mécanique, qui a également été affecté par une panne d’électricité, a dû fermer ses portes. Le propriétaire de l’établissement, Réjean Émond, restait serein malgré ce malheur, qui survient alors que les garages sont très achalandés alors que les gens sont nombreux à faire installer leurs pneus d’hiver. «Au moins, tout le monde respire, personne n’est blessé», se réjouit-il.

M. Émond relève qu’il s’agit de la deuxième fois que son toit est arraché par les vents. Il l’avait fait refaire il y a sept ou huit ans. «On m’avait dit: ‘‘tu as le temps de mourir deux ou trois fois avant que ce soit à refaire’’», mentionne-t-il avec ironie. Le propriétaire ignore pour le moment s’il devra garder son établissement fermé jusqu’à ce que le toit soit réparé, puisque celui-ci n’est plus étanche. Un représentant de son assurance, venu sur les lieux, prévient toutefois que les assureurs de la province sont débordés, ce qui devrait ralentir le processus de réclamation.

À Trois-Rivières, plusieurs arbres se sont déracinés ou se sont cassés, tombant sur les fils électriques, des voitures et même sur des maisons. Un arbre est tombé sur une automobile qui venait de s’engager dans la côte Plouffe, paralysant cette voie de circulation et ralentissant du même coup la circulation sur le boulevard des Forges à cette hauteur. La voiture a subi de lourds dommages. À quelques centaines de mètres, un autre arbre est tombé sur la clôture qui entoure le parc Sainte-Marguerite et forçait les automobilistes à faire un écart pour l’éviter, puisqu’il obstruait une partie de la voie carrossable. Au centre-ville de Trois-Rivières, plusieurs arbres sont également tombés sur des maisons.

Un sapin s'est retrouvé sur les fils électriques à Maskinongé.

Du côté de Louiseville,  l’école secondaire L’Escale de Louiseville s'est retrouvée plongée dans le noir une partie de l'avant-midi. Toutefois, les activités n'ont pas été interrompues, étant donné que l’école est munie de génératrices.

Par ailleurs, le vent pourrait être la cause d'une sortie de route survenue sur l'autoroute 40, à Louiseville, tôt vendredi matin. Le conducteur du véhicule repose dans un état critique.

Un arbre est tombé sur une voiture sur la rue de La Vérendrye à Trois-Rivières.
Le recouvrement du toit du garage Auto Jean 23 a été totalement arraché.

Pour l'ensemble du Québec, les fortes pluies ont entraîné des situations problématiques dans plusieurs régions, des inondations forçant des évacuations et de multiples fermetures de routes, particulièrement en Estrie.

À Montréal, près de 143 500 abonnés ont été privés d'électricité, mais la situation était encore pire en Montérégie, avec tout près de 200 000 clients en panne. Les régions des Laurentides (109 000), de Lanaudière (63 000), de l'Estrie (42 800), de Québec (42 400), de Chaudière-Appalaches (37 000), de l'Outaouais (27 500), de Laval (25 000) et de l'Abitibi (2500) sont aussi touchées en ce qui a trait au nombre de clients touchés.

Les avertissements de pluie abondante ont été levés dans le sud du Québec, qui en a reçu généralement de 50 à 70 millimètres selon les endroits, mais les quantités ont dépassé les 100 millimètres en Estrie et dans la Beauce. Des avertissements de vents violents sont toutefois toujours en vigueur dans l'ensemble de la province. Environnement Canada a enregistré des rafales de 105 kilomètres à l'aéroport de Dorval.

À Sherbrooke, les fortes précipitations des dernières heures ont fait augmenter le niveau de la rivière Saint-François au point de la faire sortir de son lit. Quelque 150 résidences ont été évacuées à titre préventif. Plusieurs rues, dont la rue King, ont dû être fermées à la circulation. Plusieurs routes dans d'autres municipalités de l'Estrie sont impraticables.

En Beauce, les précipitations intenses ont mené à des fermetures de routes également, dont la route 173 qui longe la Chaudière à quelques endroits à Beauceville, notamment en raison d'un glissement de terrain dans un cas.

Comme si le tout n'était pas suffisant, l'Abitibi-Témiscamingue est frappée par sa première tempête hivernale, alors qu'il y neige depuis jeudi et que des quantités de 20 à 25 centimètres sont attendues. Un tronçon de la route 117 a été fermé, entre autres.

Du vent dans l'Atlantique

La tempête se déplaçant d'ouest en est, les provinces atlantiques ne sont pas épargnées.

Des vents violents ont soufflé sur les lignes électriques du sud du Nouveau-Brunswick et de certaines parties de la Nouvelle-Écosse.

Énergie NB rapporte que plus de 15 000 foyers et entreprises sont sans électricité.

Environ 9000 clients sont sans électricité en Nouvelle-Écosse.

Environnement Canada a émis des avertissements de vent et des bulletins météorologiques spéciaux pour presque tout le territoire des deux provinces, ainsi que l'Île-du-Prince-Édouard et des parties de Terre-Neuve-et-Labrador.

Les prévisions actuelles parlent de vents allant de 90 à 110 km/h dans le sud du Nouveau-Brunswick, l'ouest et le nord de la Nouvelle-Écosse, toute l'Île-du-Prince-Édouard et certaines parties de Terre-Neuve-et-Labrador.

L'entreprise Northumberland Ferries a annulé toutes les traversées vendredi pour le traversier reliant Wood Islands, Î.-P.É., à Caribou, N.-É.

En ce qui concerne le pont de la Confédération, le vent soufflait à plus de 70 km/h vendredi matin, mais on n'annonçait aucune restriction de circulation.

Les vents devraient s'atténuer en après-midi ou en début de soirée avec l'arrivée d'un front froid.

Avec La Presse canadienne