Lahbib Reddani

Fin du procès de Lahbib Reddani

TROIS-RIVIÈRES — Le procès de cet ancien portier du bar Le Temple, Lahbib Reddani, s’est terminé vendredi après-midi au palais de justice de Trois-Rivières avec les plaidoiries des avocats.

Ce dernier est accusé d’avoir agressé sexuellement une cliente dans la soirée du 19 au 20 février 2016. Il aurait profité de l’état d’ivresse et/ou d’intoxication d’une jeune femme qui célébrait ses 18 ans pour l’abuser. La plaignante ne se rappelle aucunement des événements puisqu’elle aurait subi un black-out dans la soirée. Ce sont deux amis qui auraient été témoins du présumé délit. Lors de leur témoignage devant le juge Jacques Trudel, ils avaient affirmé avoir confié la jeune fille au portier pendant quelques minutes parce que celle-ci était très mal en point et incapable de se tenir debout. Dans les minutes précédentes, elle aurait d’ailleurs eu un comportement inhabituel en embrassant plusieurs inconnus, au point qu’on avait soupçonné une intoxication au GHB à son insu. À ce sujet, il n’a pas été possible de savoir si elle avait effectivement été droguée puisque le GHB disparaît très rapidement de l’organisme, ce qui le rend très difficile à détecter.

À leur retour, ils auraient vu que leur amie était rendue à quatre pattes sur une banquette, les pantalons baissés pendant que le suspect était debout derrière elle, les pantalons lui aussi baissés. L’un des témoins affirmait même avoir vu des mouvements de va-et-vient.

Lahbib Reddani avait pour sa part nié toute forme d’agression. Selon lui, c’est plutôt la plaignante qui se serait montrée particulièrement entreprenante. Il disait qu’elle s’était mise elle-même à quatre pattes sur le banc, les pantalons baissés, à faire du twerking. Il prétend alors qu’il s’était dépêché de remonter ses pantalons en utilisant les trous de ceinture.

Dans cette cause, la procureure de la Couronne, Me Marie-Ève Paquet, soutient avoir fait la preuve qu’il y a bel et bien eu une agression sexuelle, d’autant plus que la plaignante n’avait pas la capacité de consentir à une relation sexuelle selon elle. Me Eddy Ménard estime pour sa part que son client doit être acquitté en invoquant entre autres le manque de crédibilité des témoins de la Couronne.

Le juge Jacques Trudel fera connaître son verdict le 5 avril.

Notons en terminant que les policiers de Trois-Rivières poursuivent toujours leur enquête sur Lahbib Reddani. Dans l’éventualité où il y aurait d’autres victimes, les informations peuvent être communiquées à l’enquêteur Jean Ferron au 819-370-6700, poste 3242.