Félix-Antoine Banville demeure détenu en attendant la tenue de son enquête sur remise en liberté qui aura lieu jeudi.
Félix-Antoine Banville demeure détenu en attendant la tenue de son enquête sur remise en liberté qui aura lieu jeudi.

Félix-Antoine Banville demeure détenu

Martin Lafrenière
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — Félix-Antoine Banville, soupçonné d’avoir agressé un membre de sa famille en fin de semaine, doit demeurer derrière les barreaux en attendant son enquête sur remise en liberté.

L’individu de 25 ans a comparu mardi en toute fin d’avant-midi au palais de justice de Trois-Rivières pour être accusé de voies de fait avec une arme, de voies de fait causant des lésions et de différents bris de promesse. C’est cet individu qui a été arrêté par les policiers de Trois-Rivières après avoir fait l’objet de recherches intensives durant plus de 24 heures.

Banville souffre de schizophrénie. Il est soupçonné d’avoir agressé son père avec une arme blanche, dimanche matin. Les faits reprochés à Banville se seraient passés dans une résidence située dans le quartier Sainte-Marguerite de Trois-Rivières, à l’angle des rues Saint-Jude et La Jonquière. Selon la police de Trois-Rivières, Banville était en état de crise. L’individu a réussi à semer la police durant plus d’une journée. Son signalement avait été transmis à d’autres corps de police du Québec. La police trifluvienne l’a épinglé après avoir reçu une information provenant du public ayant servi à le localiser.

Félix-Antoine Banville résidait au centre de thérapie en dépendance et en réinsertion sociale De l’autre côté de l’ombre de Bécancour. Il a fui les lieux dans la nuit de samedi à dimanche. Voilà pourquoi une des accusations de bris de promesse concerne son obligation de demeurer à cet endroit.

À la suite de la comparution de Banville, la poursuite s’est opposée à sa remise en liberté. L’enquête sur caution aura lieu jeudi.