Le problème de structure touche seulement le premier immeuble construit au 520, des Bateliers à Trois-Rivières.

Faubourg St-Laurent: poursuite de 2 M$ contre Breault & Gosselin

Les promoteurs du Faubourg du St-Laurent viennent d'intenter une poursuite civile d'un peu plus de 2 millions $ contre la firme de génie-conseil Breault & Gosselin de Montréal pour des problèmes de structure au niveau des normes de flexion latérale.
Dans la demande introductive d'instance en dommages et intérêts qui a été inscrite le 21 avril dernier, Faubourg du St-Laurent reproche en effet à la firme de génie-conseil d'avoir fait preuve de négligence grossière dans la préparation de ses plans et même de vouloir fuir ses responsabilités en tentant de transférer ses opérations dans une entreprise distincte.
D'emblée, il importe de préciser que les lacunes qui ont été relevées dans les condominiums de luxe du secteur Trois-Rivières-Ouest, visent uniquement le premier immeuble construit lors de la phase 1 et qui est situé au 520, des Bateliers.
Dans cette affaire, la firme Breault & Gosselin Conseil inc. avait été mandatée en 2013 pour faire les plans de structure de ce bâtiment. Lorsque les travaux de construction ont commencé au début de 2014, des problèmes auraient alors été constatés. Des plans correctifs ont donc été effectués en avril 2014 qui ont donné lieu à des coûts préliminaires de 133 633 $ pour apporter les correctifs requis sur le chantier.
Or, les propriétaires de l'un des condominiums ont réalisé qu'en dépit des travaux, «le bâtiment valse par grands vents». Une inspection a donc été faite au printemps 2015 par un expert en structures, mandaté par Expertise Multi-Concept. 
Dans ses rapports produits en 2016, il propose de corriger des déficiences au niveau du cadre d'acier rigide et des murs de refends. À la lumière de la soumission déposée par Faubourg du St-Laurent, il en coûterait pas moins de 2 053 337,48 $ pour procéder à la mise en place du plan correctif visant à corriger ces déficiences. Faubourg du St-Laurent a ensuite envoyé une mise en demeure le 13 avril 2017 pour exiger de Breault & Gosselin qu'elle paie ledit montant. 
Toujours selon Faubourg du St-Laurent, une nouvelle entreprise portant sensiblement le même nom, soit Breault & Gosselin Expert Conseil, aurait été créée, et ce, 15 jours après que Breault & Gosselin Conseil eut été informée des coûts découlant des correctifs. 
Qui plus est, Faubourg du St-Laurent a appris que l'assurance-responsabilité de la firme de génie-conseil serait limitée à 1 M$.
«La responsabilité est engagée, vu la négligence grossière dans la préparation des plans. Cette responsabilité des administrateurs découle de leur intervention au printemps 2014 pour la préparation des plans correctifs. En effet, ceux-ci ont prétendu que ce serait la faute d'un employé, qui n'aurait pas été supervisé adéquatement par eux, qui était à l'origine du problème. Pourtant, les plans correctifs mis en oeuvre n'ont pas réglé le problème et il en coûtera 2 053 337,48 $ pour régler le tout», peut-on lire dans la poursuite. 
Les promoteurs de Faubourg du St-Laurent réclament donc cette somme aux firmes Breault & Gosselin Conseil, Breault & Gosselin Expert Conseil, à ses administrateurs, Simon Breault-Gosselin et Nelson Breault-Gosselin et à la compagnie d'assurances Encon. 
Rejoint mardi après-midi, le président-directeur général du Faubourg du Saint-Laurent, Frédéric Lemire, a expliqué que la poursuite visait avant tout à protéger les droits de son entreprise compte tenu du délai de prescription de trois ans. Il insiste toutefois sur le fait que l'immeuble visé est sécuritaire pour les occupants.
«On a constaté qu'il est un peu en dehors des normes de flexion latérale par grands vents mais il n'y a pas de danger. Présentement, on ignore encore quand les travaux correctifs seront faits. Il faudra voir avec les propriétaires des condominiums et la compagnie d'assurances», a-t-il ajouté. 
M. Lemire a aussi précisé que la phase 2 du Faubourg du Saint-Laurent n'était pas incluse dans cette poursuite puisqu'elle avait été construite selon les plans corrigés.