Le local des Deimos Crew situé dans l'ancien local de Tabac Galaxy à Notre-Dame-du-Mont-Carmel a été l'une des principales cibles de l'opération policière visant les motards de la Mauricie.

Enquête sur caution dans le projet Ouest: une décision rendue lundi

L'enquête sur caution de cinq des 37 individus arrêtés dans le cadre du projet Ouest visant les Deimos Crew s'est terminée vendredi en fin de journée.
Le juge Jacques Trudel a cependant pris la cause en délibéré. C'est ce lundi 17 juillet qu'il fera connaître sa décision, à savoir s'il accepte de les libérer ou non durant les procédures judiciaires intentées contre eux. 
Les individus concernés sont Sylvain Berthiaume, Stéphane Denis, Christian Fortin, Kiven Ricard et Éric Sirois. Ils font face à des accusations de gangstérisme, complot pour trafic de stupéfiants, trafic de stupéfiants, recyclage des produits de la criminalité, possession aux fins de trafic de stupéfiants et/ou recel, tout dépendant des prévenus. Des accusations ont également été portées contre certains d'entre eux en lien avec les armes à feu. 
Les audiences auront finalement duré trois jours comme prévu. Mercredi, certaines informations transmises par les avocats ont pu laisser croire qu'elles pourraient s'étirer sur cinq jours mais le juge Trudel a insisté sur l'importance d'accélérer le processus.
Dans le cadre de cette enquête qui est frappée d'une ordonnance de non-publication, Me Julien Beauchamp-Laliberté, procureur de la Couronne, a notamment présenté une partie de la preuve recueillie contre les individus. Pour ce faire, il a fait témoigner l'enquêteur principal au dossier. Les avocats de la défense ont pour leur part fait témoigner leur client et des personnes qui acceptaient de se porter garantes du respect des conditions. Enfin, au cours de la journée de vendredi, un expert en bracelets électroniques a lui aussi témoigné à la demande de la défense. 
Rappelons que ces individus ont été arrêtés par l'Escouade régionale mixte de la Mauricie lors d'une frappe policière qui visait les présumés membres d'un groupe de motards criminalisés, plus précisément les Deimos Crew, un club-école des Hells Angels de Trois-Rivières. Selon les forces de l'ordre, cette organisation avait le contrôle exclusif de la vente de cocaïne, de méthamphétamines et du cannabis dans notre région. 
Les 14, 15 et 16 août, ce sera au tour du Hells Angels Paul Magnan, de Jean-Claude Binet, de Sylvain Lahaie et de Richard Tessier de subir eux aussi une enquête sur caution.
Les autres individus ont pour la plupart pu reprendre leur liberté avec de sévères conditions.