Jonathan Chaussé

Encore des bris de conditions pour Jonathan Chaussé

Trois-Rivières — Accusé encore une fois d’avoir enfreint ses conditions de remise en liberté, Jonathan Chaussé devra finalement rester détenu pour la durée des procédures judiciaires.

Lors du retour du jeune suspect devant le tribunal mardi, son avocat Me Yvan Braun a en effet renoncé à tenir une enquête sur caution compte tenu des nouvelles accusations portées contre lui. Il a plutôt demandé à ce que son enquête préliminaire fixée initialement au 19 mars soit devancée. Elle a donc été fixée au 28 février. 

Jonathan Chaussé est ce jeune homme dont les présumées menaces de mort contre une jeune fille ont mené au confinement de 750 élèves le 3 mars dernier dans le secteur Cap-de-la-Madeleine. Cette affaire avait d’ailleurs entraîné le dépôt d’autres plaintes contre lui pour des gestes de violence et des délits sexuels.  C’est ainsi que plusieurs accusations ont par la suite été portées contre lui dont voies de fait, avoir braqué une arme, avoir déchargé intentionnellement une arme dans un mur, menaces de mort, agression sexuelle armée, harcèlement, menace de briser une fenêtre et attouchements sexuels sur une autre jeune fille âgée de 13 ans. En tout, le jeune suspect aurait fait quatre victimes entre 2016 et 2017.

Au terme d’une première enquête sur caution tenue en mars, il avait été libéré mais avec de sévères conditions dont celles de demeurer chez sa mère et de respecter un couvre-feu de 18 h à 6 h, de ne pas consommer alcool et drogue et de ne pas posséder des armes. Il ne pouvait pas se trouver en présence de mineurs (sauf s’ils étaient accompagnés d’un adulte)  ni approcher une école à moins de 50 mètres.

Le tribunal avait alors rappelé que le jeune homme était toujours présumé innocent et qu’il n’avait aucun antécédent judiciaire. En plus, il avait tenu compte de ses problématiques de santé mentale tel un trouble de l’opposition, de la dysphasie et des capacités intellectuelles pouvant s’approcher de la déficience légère. 

Mais en août suivant, Chaussé avait de nouveau été arrêté, cette fois-ci pour des bris de conditions et possession de stupéfiants. Il avait alors été envoyé subir un examen psychiatrique visant à déterminer son aptitude. Jugé apte à comparaître, le jeune homme avait été remis en liberté une seconde fois mais avec l’engagement d’entreprendre et compléter une thérapie fermée de quatre mois à la Maison Carignan. 

Depuis, ses bris de conditions ne cessent de s’accumuler. Grâce au support de sa mère, il a  eu droit à d’autres chances mais ses plus récents bris de conditions ont eu raison de sa liberté. Entre le 13 décembre et le 5 janvier, il aurait en effet importuné et/ou menacé sa mère et consommé de l’alcool et du cannabis. Il restera donc en prison pour les prochaines semaines.