La deuxième opération policière est survenue sur la rue Sainte-Cécile.
La deuxième opération policière est survenue sur la rue Sainte-Cécile.

Deux opérations policières en moins de 24 heures à Trois-Rivières

Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste
Pierrick Pichette
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — Alors qu’un premier individu a été arrêté après s’être barricadé dans son domicile, mardi matin, un deuxième déploiement policier est survenu pour des raisons semblables, en plus tard dans la journée, sur la rue Sainte-Cécile à Trois-Rivières. 
L'homme de 27 ans refusait de sortir de son logement.

C’est aux alentours de 15 h 30 que les policiers de Trois-Rivières se sont rendus sur les lieux pour tenter de faire sortir un homme de 27 ans de son logement. Selon les informations recueillies par les autorités, celui-ci se trouvait en état de crise et avait menacé de tuer des gens. 

Puisque l’individu présentait des signes d’une santé mentale perturbée et était possiblement en possession d’une arme, un périmètre de sécurité a été érigé. 

L’individu qui a été à l’origine d’une important déploiement policier, mardi matin, au centre-ville de Trois-Rivières, a finalement été arrêté vers 13 h 15 et conduit au poste de police pour y être interrogé.

La scène s’est prolongée pendant quelques heures, pour finalement prendre fin vers 18 h 20, lorsque l’individu a choisi de se livrer lui-même aux policiers sans offrir de résistance. 

Il a par la suite été conduit au centre hospitalier de Trois-Rivières pour y recevoir les soins que nécessite son état mental. Il devrait comparaître par téléphone prochainement.

La rue est redevenue accessible aux passants dès 19 h 45.

Les policiers de Trois-Rivières se sont rendus dans cet immeuble de la rue Père-Frédéric pour y arrêter un individu de 40 ans, bien connu de leurs services, en vertu de deux mandats d’arrestation pour menaces et harcèlement.

Une première opération en matinée

Rappelons qu’un événement de la sorte s’était produit le matin, sur la rue Père-Frédéric à Trois-Rivières. L’individu à l’origine de cette opération policière a finalement été arrêté vers 13 h 15 et conduit au poste de police pour y être interrogé. 

Compte tenu de l’état de santé mentale de cet homme, de son imprévisibilité, de la présence d’armes blanches dans son domicile et de son refus de se rendre, la Direction de la police de Trois-Rivières a dû faire appel au Groupe tactique d’intervention de la Sûreté du Québec pour le maîtriser et l’arrêter. 

L’intervention a commencé vers 8 h 30 mardi matin. Les policiers de Trois-Rivières se sont rendus dans cet immeuble de la rue Père-Frédéric pour y arrêter un individu de 40 ans, bien connu de leurs services, en vertu de deux mandats d’arrestation pour menaces et harcèlement.

Or, avant de passer à l’action, toutes les mesures ont été prises pour sécuriser les lieux. «L’immeuble où il réside a notamment été évacué. Un autobus de la Société de transport de Trois-Rivières était sur place pour accueillir temporairement les personnes. Les pompiers avaient aussi été appelés en renfort au cas où le suspect voudrait mettre le feu. Notre objectif était avant tout de minimiser les risques», a expliqué le sergent Luc Mongrain, porte-parole de la police de Trois-Rivières. 

Un contact a ensuite été établi avec le suspect avec un porte-voix pour l’inviter à se rendre, mais ses réponses tendaient à démontrer qu’il était perturbé psychologiquement. Plusieurs tentatives ont été faites, mais sans résultat. L’homme refusait de sortir. 

À 12 h 30, le GTI a donc été appelé en renfort et à 13 h 15, il a finalement été maîtrisé dans son logement. Il a ensuite été conduit au poste de police pour y être interrogé. Il devrait aussi comparaître prochainement.