Roxanne Muise et Shawn Wesley Gervais.

Deux nouvelles arrestations, dont un militaire

TROIS-RIVIÈRES — La police de Trois-Rivières a finalement mis la main au collet des deux autres individus impliqués dans cette sordide affaire d’agression armée, d’enlèvement, de séquestration et d’agression sexuelle survenue le 9 juin.

En milieu d’après-midi vendredi, Kurt Gervais, de même que sa mère Francis-Anne Thibeault, ont été arrêtés dans la résidence de cette dernière dans le secteur Cap-de-la-Madeleine. Kurt Gervais, un militaire, a comparu en toute fin d’après-midi au palais de justice de Trois-Rivières. Il est accusé d’enlèvement, de séquestration, de voies de fait graves, voies de fait armées, agression sexuelle armée, agression sexuelle causant des lésions, menace, introduction par effraction et vol qualifié. 

Il est en effet soupçonné d’avoir participé à l’agression d’un tatoueur à la demande de son frère, Shawn Wesley Gervais. Ce dernier aurait décidé de lui faire un mauvais parti sous prétexte qu’il aurait agressé sexuellement sa conjointe. 

Quant à la dame, elle devrait éventuellement comparaître par voie téléphonique pour son implication après le délit. Elle sera accusée de complicité après le fait pour l’introduction par effraction et plusieurs autres effractions commises par les coaccusés, soit Shawn Wesley Gervais, Carl Gervais, Kurt Gervais et sa conjointe Roxanne Muise.

Rappelons que le présumé instigateur de cet événement, Shawn Wesley Gervais, entretenait une relation de couple ouvert avec Roxanne Muise. Il y a quelques jours, celle-ci se serait plainte d’avoir eu l’impression d’être violée par son amant, ce qui aurait déclenché la furie de son conjoint. Il aurait alors décidé de se faire justice lui-même. La victime aurait donc été attirée dans un hôtel du secteur Trois-Rivières-Ouest par la jeune femme. 

Shawn Wesley Gervais aurait demandé à son frère Kurt de même qu’à son père Carl Gervais de l’aider dans ce règlement de comptes. Les trois suspects auraient fait irruption dans la chambre d’hôtel et auraient violemment frappé le tatoueur dans la chambre pour ensuite l’emmener dans une zone boisée en bordure de l’autoroute 40 où ils l’auraient de nouveau battu et agressé sexuellement en tentant de lui insérer un bâton télescopique dans l’anus. 

Ils l’auraient ensuite laissé pour mort. La victime, qui était ligotée, avait réussi à se défaire de ses liens et à rejoindre l’autoroute 40 où elle avait obtenu le secours de la Sûreté du Québec.