De nombreux dégâts ont été constatés à l’intérieur de l’appartement.

Deux mois supplémentaires pour Mathieu Gill

LA TUQUE — Mathieu Gill a réglé ses dossiers avec la justice, mardi, au palais de justice de La Tuque. L’homme au lourd passé criminel a, entre autres, avoué avoir commis un méfait de moins de 5000 $ en endommageant un appartement. Une vidéo amateur, qui montre les dégâts, avait fait le tour du web l’été dernier. L’extrait a été vu près de 5000 fois.

L’accusé était locataire d’un appartement. Il n’aurait pas payé les sommes dues au propriétaire pendant quelques mois. Le propriétaire aurait coupé l’eau et «rendu l’immeuble inhabitable pour monsieur».

«Mon client n’était pas content et il a commis certains gestes. On parle notamment d’avoir mis de la peinture avec son nom sur les murs. Il a endommagé l’appartement, mais je dirais qu’au départ ce n’était pas un appartement de luxe. Monsieur n’a toutefois pas aidé à l’état du logement et il le reconnaît», a indiqué son avocate, Me Mélanie Ricard.

C’est à la suite de son départ que le propriétaire aurait constaté les nombreux dégâts à l’intérieur de l’appartement.

«C’était comme une reprise. Au départ, le logement était loué à un autre individu. Lorsqu’il a quitté, c’est Mathieu Gill qui l’a remplacé. Ce n’était pas une sous-location dans les règles», a indiqué pour sa part le procureur de la Couronne.

Dans la vidéo publiée sur les réseaux sociaux, on peut voir que les murs sont endommagés, il y a des trous et des graffitis.

Mathieu Gill a également plaidé coupable à un bris de condition pour avoir troublé l’ordre public.

Les avocats ont soumis une suggestion commune au juge David Bouchard. Ils ont demandé que l’accusé soit condamné à deux mois d’emprisonnement qui s’ajouteront à la sentence qu’il purge actuellement pour d’autres dossiers. Il sera également soumis à une ordonnance de probation d’un an avec un suivi dans lequel il devra suivre toutes les directives de son agent de probation concernant son problème de toxicomanie.

«On voulait une sentence qui favorise la réhabilitation malgré ses antécédents. Il manifeste l’intérêt de reprendre sa vie en main. La majorité des problèmes de monsieur Gill découle de sa consommation», a conclu son avocate.