Gaétan Beauchesne, de Trois-Rivières, a pris le chemin du pénitencier pour les deux prochaines années pour des crimes de pornographie juvénile.

Deux ans de pénitencier imposés à Gaétan Beauchesne

Trois-Rivières — Gaétan Beauchesne, de Trois-Rivières, a pris le chemin du pénitencier pour les deux prochaines années pour des crimes de pornographie juvénile.

Il sera ensuite sous probation pendant trois ans avec un suivi qui l’obligera à entreprendre et compléter toute démarche thérapeutique relativement à une problématique sexuelle qu’il a reconnue devant le tribunal.

En avril dernier, l’individu de 50 ans avait disposé de ses dossiers en plaidant coupable à 12 chefs d’accusation pour des délits en matière de pornographie juvénile.

Il avait admis avoir possédé, avoir accédé et avoir produit de la pornographie juvénile entre 2003 et 2016. Il avait aussi plaidé coupable à un chef de distribution en 2015.

Il avait été repéré sur le web pour ses activités illicites de téléchargement. Le 22 mars 2016, une perquisition avait été réalisée à son domicile de la rue Whitehead. Du même coup, Gaétan Beauchesne avait été arrêté par l’Équipe d’enquêtes sur l’exploitation sexuelle des enfants sur Internet de la Sûreté du Québec. La perquisition avait permis de saisir 3478 fichiers images et 443 vidéos. Sur ceux-ci, on pouvait notamment y voir des bébés autant que des enfants dont l’âge maximum était de 10 ans être abusés sexuellement.

Pour guider le tribunal sur la sentence à prononcer, le procureur de la Couronne, Me Jean-Marc Poirier, et l’avocat de la défense, Me Yvan Braun, avaient ensuite demandé à la juge Guylaine Tremblay qu’un rapport présentenciel et un rapport sexologique soient confectionnés.

Lors du retour de Gaétan Beauchesne devant le tribunal, mardi, les avocats ont suggéré de façon commune qu’une peine de deux ans de pénitencier soit imposée, suivie de la période maximale de probation. À la Couronne, Me Poirier n’a pas caché qu’il avait envisagé une peine plus sévère de pénitencier. Or, au-delà de 24 mois, un encadrement dans le cadre d’une probation n’aurait pas été possible. Me Braun a pour sa part rappelé que son client était maintenant prêt à recevoir des soins pour sa problématique sexuelle.

Après une courte suspension, la juge a entériné la suggestion, admettant elle aussi que la peine aurait pu être plus sévère mais qu’une probation était nécessaire compte tenu des possibilités réelles de réhabilitation dans ce dossier. Qui plus est, Beauchesne sera vraisemblablement envoyé à l’établissement de détention La Macaza.

Outre la probation de trois ans avec suivi, Gaétan Beauchesne devra se soumettre à plusieurs interdictions pendant dix ans pour l’empêcher de se trouver en présence de jeunes de moins de 16 ans sauf exception et de se rendre sur Internet. Enfin, il sera inscrit au Registre des délinquants sexuels à perpétuité.