Des travaux communautaires pour avoir voulu «péter la face au juge»

Shawinigan — Un individu de 27 ans de Saint-Tite, Yannick Grenon Brouillette, devra effectuer 120 heures de travaux communautaires pour avoir proféré des menaces contre un juge.

Le 18 août 2016, il aurait en effet déclaré à un employé de la cour municipale de Mékinac qu’il allait «péter la face du juge Pierre Bordeleau». Cette menace aurait été proférée dans le cadre de ses démêlés devant la cour municipale pour des infractions au Code de la sécurité routière.

Plus tôt cette semaine, Yannick Grenon Brouillette a donc subi un procès au palais de justice de Shawinigan en lien avec cette accusation de menace. Il a nié les faits. Or, la preuve déposée par la procureure de la Couronne, Me Audrey-Anne Boily, a suffi à convaincre le juge Rosaire Larouche de sa culpabilité.

Ce dernier a donc sursis au prononcé de la sentence mais il lui a ordonné d’effectuer 120 heures de travaux communautaires. Grenon-Brouillette devra également respecter une probation de deux ans. Il lui sera par ailleurs interdit de communiquer avec le juge et d’importuner le personnel de la cour municipale de Mékinac.

Notons que l’individu a des antécédents en matière de voie de fait, menace, méfait, vol, introduction par effraction et bris de conditions. Me Boily s’est dite satisfaite du jugement rendu en rappelant que pareil comportement est inacceptable.