Le triple meurtre a eu lieu au Centre-de-la-Maurice.

Des services psychosociaux offerts par le CIUSSS

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-Québec (CIUSSS MCQ) a déployé des services psychosociaux supplémentaires pour mieux intervenir auprès des victimes, leurs proches et des témoins du triple meurtre du Centre-de-la-Mauricie.
«Nous avons des équipes psychosociales qui sont de garde en tout temps. En fonction des événements, nous déployons les ressources nécessaires», indique Dave Fillion, coordonnateur des services psychosociaux généraux au CIUSSS MCQ. 
Dès jeudi matin, le maire de Shawinigan, Michel Angers, avait communiqué avec le président-directeur général du CIUSSS MCQ, Martin Beaumont, pour s'assurer que tout le soutien psychologique nécessaire soit disponible auprès des familles des victimes et leurs proches. Ce dernier lui a assuré que c'était bien le cas. 
«Nous avons déployé des services nécessaires lorsque l'événement est survenu», ajoute M. Fillion. 
«Des interventions ont été faites par téléphone et sur le terrain. Tout dépend où sont les besoins, on fait une analyse où on doit intervenir et on envoie les intervenants.» 
Les victimes et leurs proches ainsi que les témoins peuvent recevoir du soutien ou de l'aide en communiquant avec la ligne Info-Social 811 en composant le 811. Ce service permet de joindre des intervenants psychosociaux qualifiés en tout temps en cas de problème. 
Ce service est gratuit et confidentiel. Ces professionnels peuvent soutenir, conseiller, donner de l'information ou encore référer vers des ressources appropriées. Si la personne qui communique avec la ligne Info-Social 811 nécessite une intervention immédiate, un intervenant peut se déplacer. 
«Le service Info-Social 811 est vraiment la porte d'entrée. On invite les gens qui en ont besoin à communiquer avec ce service. Ça permet au citoyen d'exprimer ses émotions en fonction de ce qu'il vit. Parfois, ça va être suffisant cette intervention téléphonique», note Dave Fillion. 
«Le 811 va ensuite communiquer avec les équipes sur le terrain et les équipes régulières du CIUSSS pour tout attacher.»  
De plus, les CLSC offrent des services psychosociaux sans rendez-vous du lundi au vendredi de 8 h à 20 h. Les intervenants peuvent à ces endroits procéder à l'analyse des besoins d'une personne. 
Par ailleurs, les employés des services d'urgence qui sont intervenus dans les deux résidences où des meurtres ont été commis peuvent aussi recevoir des services psychosociaux du CIUSSS. On l'a vu lors du triple meurtre de la rue Sicard à Trois-Rivières, les intervenants de première ligne peuvent également subir des traumatismes lorsqu'ils entrent sur une scène où des meurtres se sont produits. 
«Lorsqu'on se rend compte qu'une personne a besoin d'en parler ou de ventiler, on va mettre en place les services», précise M. Fillion.  
Heureusement, ce type d'intervention dans ces circonstances est exceptionnel. «On considère en effet que c'est une situation exceptionnelle. C'est pourquoi nous avons déployé nos équipes à différents niveaux dans la communauté», souligne le coordonnateur des services psychosociaux généraux au CIUSSS MCQ.