Les pompiers intervenaient toujours mercredi pour éteindre un brasier qui s’est déclaré dimanche.

Des résidus brûlent depuis dimanche

Trois-Rivières — Un incendie qui s’est déclaré dimanche dernier dans un tas de résidus de bois était toujours en cours mercredi, à Trois-Rivières. Les pompiers tentaient toujours d’éteindre le brasier qui laisse s’échapper de la fumée qui incommode le voisinage.

Le tas de résidus de bois est sur le terrain de l’entreprise BRQ fibre et broyure, située sur le boulevard Parent. Mercredi, une pelle mécanique dégageait des débris afin de permettre aux pompiers d’avoir accès aux différents foyers d’incendie.

L’intensité du brasier est variable depuis dimanche. À certains moments, un épais panache de fumée s’échappe toutefois des résidus.

Mercredi matin, des employés de l’entreprise voisine Camions Excellence Peterbilt ont été incommodés par la fumée. Certains présentaient des maux de tête ou encore des nausées en raison de la concentration de monoxyde de carbone, particulièrement présent dans le garage où se font l’entretien et la réparation de camions lourds.

«Nous avons été plus touchés par la fumée mercredi matin, en raison de la recrudescence du feu. Cela a entraîné beaucoup de monoxyde de carbone à l’intérieur», a mentionné Francis Hénault, le directeur général de l’entreprise. 

Devant cette situation risquée pour les travailleurs, la direction de l’entreprise a dû adapter ses opérations. «Nous avons arrêté les travaux dans l’atelier. Ça nous occasionne des retards, mais les clients comprennent la situation», a souligné Francis Hénault. «La sécurité de nos travailleurs est importante.»

D’ailleurs, Urgence Environnement a effectué des tests de qualité de l’air à quelques reprises mercredi pour mesurer le taux de monoxyde de carbone, un gaz inodore créé par une combustion et qui peut s’avérer mortel. Des détecteurs de monoxyde de carbone mesurent aussi sur place la concentration de ce gaz en permanence. 

Depuis dimanche, les pompiers ont bien sûr utilisé une quantité importante d’eau dans leurs interventions. Cela entraîne le ruissellement d’eau dans des fossés situés à proximité. La Ville de Trois-Rivières a procédé à des prélèvements afin de s’assurer que l’eau de ruissellement ne contient pas de métaux ou d’hydrocarbures. Le porte-parole de la Ville de Trois-Rivières, Guillaume Cholette-Janson, mentionne que des tests seront faits sur ces prélèvements afin de s’assurer que l’eau respecte le règlement relatif aux rejets dans les réseaux d’égout.