Quatre policiers sur les 5648 membres de la SQ ont été testés positifs à la COVID-19.
Quatre policiers sur les 5648 membres de la SQ ont été testés positifs à la COVID-19.

Des policiers testés positifs à la SQ

Trois-Rivières — La Sûreté du Québec n’échappe pas à la pandémie: à ce jour, quatre policiers sur les 5648 membres de l’organisation ont été testés positifs à la COVID-19.

Il a cependant été impossible de savoir de quelle région ils proviennent. La SQ a tout au plus confirmé qu’ils avaient été placés en isolement obligatoire. Elle n’a pas voulu non plus indiquer si ces policiers revenaient de voyage ou s’il s’agissait de cas de transmission communautaire.

De même, il n’y aurait pas de hausse marquée du taux d’absentéisme chez les effectifs policiers dans la province. À l’heure actuelle, il y a donc suffisamment d’effectifs disponibles pour poursuivre les activités régulières et assurer le respect des consignes gouvernementales.

La SQ a en effet dû redéployer ses effectifs à des endroits jugés stratégiques dans le contexte actuel, que ce soit pour surveiller les rassemblements et les récalcitrants aux consignes, faire des contrôles sur les routes et surveiller les commerces et entreprises.

Comme l’explique la sergente Éloise Cossette, porte-parole de l’organisation en Mauricie, la SQ a dû intervenir à quelques endroits à la suite de signalements mais uniquement dans un souci de sensibilisation. Aucun rapport d’infraction général pour faire respecter les directives de santé publique pour lutter contre la COVID-19 n’a été remis jusqu’à maintenant dans la région.

On sait que les citoyens qui refusent d’obtempérer s’exposent à des amendes allant de 1000 $ à 6000 $, en vertu de la Loi sur la santé publique. Le constat d’infraction n’est cependant pas remis sur-le-champ, puisque le policier doit d’abord faire un rapport d’infraction général qui sera soumis au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) qui aura à décider en fin de compte s’il y a lieu de signifier le constat d’infraction.

Par ailleurs, dans un contexte où neuf membres de la Régie de police de Memphrémagog ont été testés positifs, la SQ reconnaît qu’elle pourrait être appelée à aller fournir le service sur des territoires de corps de police municipaux s’il y a trop d’absents pour cause de maladies ou mesures d’isolement ou quarantaine. «La Loi sur la police prévoit que le gouvernement peut, s’il est d’avis que la santé ou la sécurité publique est menacée dans tout ou partie du territoire du Québec, ordonner au directeur général de la Sûreté du Québec d’assumer, sous l’autorité du ministre et pour une période qui ne doit pas excéder 30 jours à la fois, le commandement et la direction de tout corps de police municipal», précise la sergente Cossette. Pour l’instant, rien ne laisse présager que cela pourrait arriver en Estrie malgré la contamination de certains policiers.

Advenant un problème d’effectifs un jour, tous les scénarios sont envisagés par la SQ, voire de rappeler les retraités lors d’opérations d’envergures.

Chez nous, à Trois-Rivières, au niveau municipal, la Direction de la police a confirmé mardi qu’aucun policier n’avait été contaminé par le coronavirus et qu’aucun rapport d’infraction général n’avait été émis.