Les recherches pour retrouver Denise Massicotte avaient débuté dimanche soir.

Denise Massicotte retrouvée vivante à La Tuque

LA TUQUE — Grand soupir de soulagement à La Tuque, mercredi, alors que les recherches pour retrouver Denise Massicotte ont porté fruit. La dame de 66 ans disparue depuis dimanche a été localisée vers l’heure du dîner. Elle était toujours consciente et dans une condition relativement bonne selon les circonstances.

C’est lors du passage de l’hélicoptère de la Sûreté du Québec que Denise Massicottre se serait manifestée. Aussitôt, le maître-chien qui se trouvait dans le secteur a accentué ses recherches pour finalement trouver la disparue. «Elle a été retrouvée dans le secteur de recherches qui était priorisé. Elle était debout dans un sentier. Elle a été transportée au centre hospitalier», a confirmé Hélène Nepton, porte-parole de la Sûreté du Québec. 

Évidemment, la nouvelle a été accueillie avec un soulagement indescriptible par le mari de la dame, Réjean Bouchard, qui était avec elle lorsqu’elle a été portée disparue. Le sentiment ressenti était si fort qu’il en a presque perdu ses mots. «C’est le plus beau cadeau qu’on peut avoir. Ça vaut plus que Loto-Québec. Je ne pouvais pas demander mieux que ça. [...] C’est des grosses émotions. Veux, veux pas, tu pleures. [...] Elle est en vie et c’est ça qui compte», a-t-il confié à TVA Trois-Rivières.

Depuis le jour de sa disparition, dimanche dernier, la Sûreté du Québec avait déployé une panoplie de ressources pour tenter de sauver Mme Massicotte. Hélicoptères, chevaux, véhicules tout-terrain et escouades canines ont arpenté les différents secteurs. Mercredi, c’est une cinquantaine de personnes qui avaient été mobilisées pour poursuivre les recherches. 

Denise Massicotte

Outre les autorités policières, plusieurs bénévoles participaient aux recherches. Pour ceux-ci, connaître une telle fin heureuse relève du miracle. «C’est un grand sentiment de fierté et de bonheur pour nous. On a senti que c’est exactement là qu’il fallait qu’on soit et que nous avions accompli notre mission. C’est comme si l’on avait contribué à sauver une vie», confie le membre actif depuis 10 ans du Service d’intervention d’urgence civil du Québec, Serge Côté. Il a également souligné le travail réalisé par les autres groupes de bénévoles présents, soit l’Association Québécoise des bénévoles en recherche et sauvetage ainsi que le groupe Eurêka. 

Il est à noter que la dame a été retrouvée dans une zone où des traces de pas avaient été observées. Elles n’étaient toutefois pas identifiées comme celles appartenant à Mme Massicotte. «C’est pour ça qu’on est retourné à cet endroit-là. C’est un secteur qu’on refaisait encore une fois et c’est là qu’on l’a retrouvée», indique la porte-parole de la Sûreté du Québec. 

On ne connaît pas l’endroit exact où Denise Massicotte a été localisée, mais on confirme que c’était à quelques kilomètres de la centrale hydroélectrique Beaumont. 

«La dame a été ramenée vers cette centrale pour l’amener aux services ambulanciers», note Mme Nepton.

Rappelons que la sexagénaire cueillait des bleuets avec son conjoint quand elle aurait perdu son chemin. Le couple était en bordure de la route forestière 25, près du kilomètre 6, qui relie La Tuque à la communauté autochtone de Wemotaci.