Éric Michaud
Éric Michaud

Début du procès d’Éric Michaud, soupçonné d'avoir plongé les mains d'une enfant dans une friteuse

SHAWINIGAN — Le procès d’Éric Michaud, soupçonné d’avoir brûlé volontairement les mains d’une enfant, s’est amorcé, lundi, au palais de justice de Shawinigan avec la sélection du jury.

Pour l’occasion, pas moins de 250 candidats jurés avaient été convoqués mais en tenant compte des exemptions, 129 d’entre eux ont dû se présenter au palais de justice. L’exercice de sélection est loin d’avoir été facile et rapide. Plusieurs candidats ont en effet avoué au juge Étienne Parent avoir de la difficulté à garantir leur impartialité puisque cette cause implique une agression envers un enfant. Il a donc fallu près de cinq heures pour trouver les douze membres du jury à la satisfaction des parties. Il est composé de cinq femmes et de sept hommes.

Dans la théorie de cause du ministère public, assuré par Me Émilie Goulet et Me Benoît Larouche, on a notamment pu apprendre que le suspect, Éric Michaud, aurait infligé de graves blessures à un bébé de 15 mois en lui plongeant les mains dans une friteuse, qui contenait l’huile encore chaude ayant servi à la préparation d’un repas. Selon la Couronne, il ne s’agit pas d’un accident mais bien d’un acte volontaire. Les événements étaient survenus le 29 juillet 2017 dans un logement de la 11e Avenue, dans le secteur Grand-Mère. La petite avait dû être transportée à l’hôpital Sainte-Justine de Montréal. Michaud avait ensuite été arrêté en novembre 2017 à la suite de l’enquête policière. Depuis, il est détenu.

Au cours du procès, d’une durée estimée de quatre semaines, la Couronne entend faire témoigner plusieurs personnes comme des voisins, des membres de la famille de l’enfant, les policiers qui sont intervenus sur les lieux et un technicien en identité judiciaire. Des experts dans différents domaines seront également appelés à la barre des témoins. Me Goulet a notamment parlé d’une chirurgienne plasticienne spécialisée en brûlure, d’une pédiatre en maltraitance et de la chimiste qui a analysé la friteuse et des vêtements d’enfants.

Rappelons qu’Éric Michaud, qui est défendu par Me Pénélope Provencher et Me Marie-Laurence Spain, fait face à trois accusations, soit voies de fait graves, négligence criminelle ayant causé des lésions et avoir omis de fournir les choses nécessaires à un enfant. Cependant, son procès devant jury se tiendra uniquement sur le chef de voies de fait graves.

Dans ses directives, le tribunal a pris soin de rappeler aux jurés que le suspect est toujours présumé innocent. C’est la Couronne qui a le fardeau de faire la preuve hors de tout doute raisonnable de sa culpabilité. Les jurés seront les seuls maîtres des faits alors que le juge se chargera de l’application du droit et de la sentence, le cas échéant.

Dans cette affaire, une autre personne avait été arrêtée. Il s’agit de Cynthia Dauphinais. Au terme d’une enquête préliminaire, elle a été citée à subir un procès sur les accusations d’avoir omis de fournir les choses nécessaires à l’existence d’un enfant, de complicité après le fait pour les voies de fait graves et d’entrave à la justice. Son dossier a été reporté au 23 mars.