Le bilan de la SQ en Mauricie et Cente-du-Québec dévoile une baisse des victimes sur les routes.

De moins en moins de victimes sur les routes

Jamais les routes de la Mauricie et du Centre-du-Québec n'ont fait aussi peu de victimes qu'en 2013. La baisse est de près de 43 % par rapport à 2012. Il reste que 32 personnes sont décédées sur le territoire de la Sûreté du Québec dans la région. C'est encore trop, mais c'est bien loin des 73 décès de 2006 ou même des 56 de 2012. Pour l'ensemble de la province, on parle de 277 décès, ce que la Sûreté du Québec qualifie de «meilleur bilan observé à ce jour».
Une amélioration qui est attribuable à une multitude de facteurs, souligne la SQ.
«Oui, on a fait beaucoup de campagnes de prévention et beaucoup d'éducation, mais ça passe aussi par la responsabilisation de chacun des automobilistes. C'est un ensemble de facteurs qui font que tous ensemble, on travaille à diminuer le bilan routier», souligne le sergent Hugo Fournier, porte-parole de la Sûreté du Québec.
Le nombre de blessés graves a également diminué dans la région. Il est passé de 157 à 121 de 2012 à 2013. En 2006, on en comptait 286. En 2013, 2051 personnes ont été blessés légèrement dans des accidents de la route contre 2166 en 2012.
Pour ce qui est du nombre de collisions mortelles, elles ont diminué de 30 %, soit 31 en 2013 contre 44 en 2012.
Dans certains cas, ces accidents auraient pu être évités. «Trop souvent des comportements à risque sont en cause», note le sergent Fournier. On parle surtout de vitesse, de l'omission de porter la ceinture de sécurité, de l'utilisation du téléphone cellulaire au volant et de la conduite avec les facultés affaiblies.
«Les quatre infractions les plus préoccupantes sont toujours les mêmes. On revient souvent avec le même message qui peut parfois être un peu redondant, mais on veut qu'il passe», souligne le porte-parole.
La Sûreté du Québec a mis en place différentes mesures pour réduire le nombre de collisions sur son territoire. Quatre champs d'action ont été mis de l'avant, soit l'éducation, la prévention, l'intervention et la communication.
«Par exemple, sur le plan de la communication, on fait beaucoup de messages de prévention dans les médias sociaux et on est présent dans des événements publics comme les salons de l'auto», raconte le sergent Fournier. La SQ mène aussi des opérations spéciales comme Catalyseur.
En 2013, plus de 127 000 interventions ont été réalisées par la Sûreté du Québec dans la région. Les policiers ont émis 65 000 constats d'infraction. «L'objectif est toujours de diminuer le bilan routier. Un décès c'est toujours un décès de trop. Chaque décès affecte beaucoup de personnes», conclut le sergent Fournier.
Jusqu'à maintenant en 2014, la Sûreté du Québec dénombre trois décès sur les routes de la région.