Daren Leclerc
Daren Leclerc

Daren Leclerc est encore une fois acquitté

TROIS-RIVIÈRES — Daren Leclerc vient encore une fois d’être acquitté des accusations portées contre lui en lien avec des agressions sexuelles, des gestes de violence et du harcèlement qui auraient été commis sur deux jeunes femmes en 2016.

L’une des deux plaignantes avait environ 15-16 ans lors des présumés délits. Dans une déclaration vidéo faite aux policiers, elle lui reprochait des relations sexuelles non consentantes à l’automne 2016. Des accusations d’agressions sexuelles, d’attouchements sexuels, de voies de faits et de menaces avaient par la suite été portées contre lui.

Or, la juge Maryse Brouillette a conclu plus tôt cette semaine, au terme d’un procès, que la version de la jeune femme était peu crédible et fiable en raison des contradictions relevées dans son témoignage.

Le jeune homme de Saint-Luc-de-Vincennes a aussi bénéficié d’un acquittement sur l’accusation d’avoir harcelé criminellement une autre jeune femme, et ce, compte tenu de l’absence de preuve sur les éléments essentiels de l’infraction.

Rappelons que Daren Leclerc, qui est défendu par Me Matthieu Poliquin et Me Alexandre Biron, avait été arrêté en novembre 2016 pour agression sexuelle sur une adolescente de 16 ans.

Au cours des mois qui avaient suivi, d’autres jeunes filles s’étaient manifestées aux policiers pour des gestes de même nature tous commis en 2016, ce qui avait entraîné le dépôt de plusieurs accusations contre lui. Les gestes auraient tous été commis alors qu’il avait 18 ans.

Après un premier procès très médiatisé, il avait été acquitté en août 2019 des présumées agressions sexuelles perpétrées sur trois plaignantes. Encore là, ce sont les nombreuses contradictions relevées dans les témoignages des trois jeunes femmes qui lui avaient été bénéfiques.

Même si la juge Guylaine Tremblay s’était dite perplexe sur le niveau de préoccupation qu’il avait pu accorder au consentement des jeunes filles lors de relations sexuelles, elle avait conclu qu’il y avait trop de contradictions dans leurs témoignages pour établir hors de tout doute raisonnable la culpabilité de l’accusé. Lors de son procès, Leclerc avait nié les agressions, affirmant que les trois plaignantes étaient consentantes.

Un second procès avait ensuite été tenu en lien avec les accusations liées aux deux autres plaignantes. L’acquittement a été prononcé jeudi matin.

Cependant, Daren Leclerc n’en a pas fini avec la justice. Il doit maintenant répondre à des accusations de délit de fuite causant des lésions corporelles et bris de conditions à la suite d’un accident survenu en juillet 2019 sur l’autoroute 40.

Cette cause doit revenir en cour le 6 mai.