Dany Gallagher travaillait comme infirmier aux soins intensifs avant son arrestation.

Dany Gallagher condamné à plus de 27 mois de prison

TROIS-RIVIÈRES — C’est une peine de 27 mois et trois semaines qui a été imposée à Dany Gallagher pour avoir saccagé l’intérieur de la maison de son ex-conjointe pour ensuite y mettre le feu.

Compte tenu de sa détention préventive depuis son arrestation, il lui reste cependant 15 mois à purger. Il devra ensuite se soumettre à une probation pendant trois ans dont deux ans avec suivi.

Lors de son retour devant le tribunal jeudi au terme d’une conférence de facilitation, Gallagher a en effet accepté de disposer de ses dossiers en plaidant coupable à trois accusations, soit d’avoir mis le feu à une résidence sans se soucier des conséquences, de méfaits et de bris d’engagements pour avoir consommé de l’alcool en dépit d’une interdiction.

C’est d’ailleurs son alcoolisme qui semble être à l’origine de ses démêlés judiciaires. Du moins, c’est ce qu’il a invoqué pour justifier les gestes posés le 27 janvier dernier et dont il prétend ne garder aucun souvenir en raison d’un black-out. Cet infirmier a fréquenté pendant quelques mois seulement une femme oeuvrant elle aussi dans le milieu de la santé. Lorsque cette dernière a voulu mettre fin à leur relation, elle lui a demandé de quitter sa maison mais il a refusé. Craignant qu’il ne lui fasse du mal, c’est plutôt elle qui a dû partir, trouvant refuge chez une amie. À plusieurs reprises, elle l’a ensuite appelé et lui a envoyé des textos, le sommant de quitter sa résidence mais à chaque fois, il refusait.

Le 27 janvier au matin, elle lui a encore texté la même demande mais il lui a écrit : « Fuck you. M’a quitter quand tu vas payer. » Intoxiqué par l’alcool, il a ensuite tout saccagé dans résidence. Il a notamment arraché une porte et renversé des meubles. Il s’en est également pris aux vêtements et aux objets de cuisine. Il a ensuite jeté un mégot de cigarette dans un tas de vêtements qu’il avait empilés dans le vestibule. Quelques minutes plus tard, le feu s’est déclaré. Des voisins l’ont vu sortir tranquillement de la maison en flammes, apportant avec lui ses effets personnels. Dany Gallagher a été arrêté quelques heures plus tard à son domicile. La maison, dont la valeur dépassait les 200 000 $, a été déclarée perte totale.

Le prévenu a certes reconnu sa culpabilité sur l’incendie, tout en précisant qu’il n’avait pas eu l’intention délibérée de mettre le feu lorsqu’il a jeté son mégot de cigarette. Il a même demandé pardon. Il a dit avoir agi sans se soucier des conséquences, d’où son plaidoyer de culpabilité sur ce chef spécifique. Il a surtout mentionné qu’il ne gardait aucun souvenir de ses crimes mais également de tous les messages lancés précédemment par son ex- conjointe l’enjoignant de quitter les lieux. Il a reconnu cependant qu’il n’avait jamais appelé les pompiers.

Appelée à témoigner sur les conséquences, la victime a raconté avoir appris par un voisin que sa maison était en feu. « Je me suis sentie effondrée. Je ne comprends pas comment on peut en arriver là dans un début de relation» , a-t-elle indiqué.

Cette mère de famille a raconté en larmes s’être fait avoir en donnant sa confiance à cet homme. Les mois suivants n’ont guère été plus faciles pour elle. Outre la perte d’une maison pour laquelle elle avait travaillé fort et la reconstruction de la nouvelle résidence, elle a vécu de l’épuisement, un choc post-traumatique, des problèmes de concentration, de la méfiance, une perte d’estime de soi et de confiance et a dû cesser de travailler tout en s’occupant de ses enfants. Les dommages sont importants pour elle autant que sa famille. Malgré tout, elle ne souhaite pas de mal à Dany Gallagher car elle croit qu’il a besoin d’aide. Son témoignage et sa résilience lui ont d’ailleurs valu des éloges du juge Jacques Trudel.

Notons que la sentence qui a été prononcée par le juge fait suite à une suggestion commune de la procureure de la couronne, Me Catherine Lacoursière, et de l’avocat de la défense, Me Alexandre Biron.

Dans les conditions de sa probation, Dany Gallagher devra suivre une thérapie fermée à sa sortie de prison. Il lui sera interdit de communiquer ou même d’approcher à moins de 300 mètres la victime et sa famille. Il devra suivre toutes les recommandations de son agent de probation en lien avec des problèmes de violence et de dépendance et il ne pourra évidemment pas consommer de l’alcool et des drogues.