Réal Rousseau

Crimes sexuels: la Couronne demande cinq ans de prison pour Réal Rousseau

La Couronne demande au juge Jacques Trudel d'imposer à Réal Rousseau une peine de prison de cinq ans pour des crimes d'ordre sexuel commis de 1974 à 1979.
Ce Trifluvien de 77 ans a plaidé coupable en janvier 2017 à une accusation d'inceste et à une accusation d'attentat à la pudeur. La victime était âgée de 8 à 13 ans au moment des faits.
Selon le rappel des événements présenté lundi au palais de justice de Trois-Rivières par la procureure de la Couronne, Me Catherine Lemay, Rousseau a frotté son pénis entre les jambes de sa victime jusqu'à éjaculation. Il lui a montré comment le masturber pour ensuite avoir des rapports sexuels complets.
Avant les représentations sur sentence, la victime a été invitée à s'adresser à la cour. Celle-ci a indiqué avoir eu une enfance marquée par la tristesse tout en ayant peu de confiance en soi. La victime a confronté Rousseau à trois reprises dans l'espoir de l'entendre exprimer des regrets. Aujourd'hui, la victime veut être crue. Elle a aussi insisté sur le fait qu'elle ne voulait pas être responsable d'une éventuelle récidive en demeurant dans le silence. C'est une des raisons qui l'ont incitée à porter plainte en 2014.
«Tout ce que je veux est qu'il soit reconnu comme pédophile», a notamment dit la victime.
Relevant le fait que Rousseau se trouvait en situation d'autorité, Me Lemay a rappelé au juge Trudel la répétition des gestes commis par le septuagénaire. Ces gestes se sont accentués au fil du temps et ont causé beaucoup de souffrance chez la victime.
De plus, le rapport présentenciel et sexologique de Rousseau indique que ce dernier a de la difficulté à reconnaître ses gestes même s'il a plaidé coupable. Il semble éprouver des problèmes à assumer les conséquences de ses actes et a tendance à les banaliser et à les minimaliser.
Le document indique que Rousseau n'a pas fait de travail d'introspection depuis son arrestation en mai 2016, mais le criminel aborde davantage les pertes de relations familiales et amicales qu'il a subies.
«Ce sont des gestes qui se retrouvent parmi les plus graves», a plaidé Me Lemay.
L'avocate demande au juge que Réal Rousseau soit inscrit au registre des délinquants sexuels pour 20 ans et soit soumis à un prélèvement d'ADN. Parmi les autres conditions, Me Lemay suggère une interdiction de contacts avec la victime et une interdiction de contacts avec des personnes âgées de moins de 16 ans.
Rousseau se représente seul dans ce dossier. Invité à prendre la parole par le juge Trudel, Rousseau a simplement affirmé qu'il n'avait rien à dire.
Réal Rousseau connaîtra sa sentence le 22 juin. Une semaine plus tard, il subira son enquête préliminaire pour trois autres dossiers connexes. Trois victimes ont porté plainte pour viol, grossière indécence et attentat à la pudeur pour des gestes qui auraient été commis de 1975 à 1981. 
Toutes les victimes présumées ont des liens familiaux.