L'accident était survenu sur cette portion du rang Saint-Malo.
L'accident était survenu sur cette portion du rang Saint-Malo.

Conduite dangereuse: Hélène Loranger plaide coupable

TROIS-RIVIÈRES — Quatre ans après les événements, Hélène Loranger a disposé de son dossier, mercredi, en plaidant coupable à des accusations réduites de conduite dangereuse causant la mort de son conjoint et conduite dangereuse causant des lésions à une autre automobiliste en lien avec l’accident survenu sur le rang Saint-Malo en 2016.

Au départ, elle avait été accusée de négligence criminelle causant la mort et négligence criminelle causant des lésions. Or, à la lumière de la preuve et des circonstances particulières entourant cette affaire, le procureur de la Couronne, Me Jean-Marc Poirier, a accepté de réduire les accusations dans le cadre de ses discussions avec l’avocat de la défense, Me Louis R. Lupien en échange du plaidoyer de culpabilité de Mme Loranger. Du même coup, la peine maximale de prison qui, selon le Code criminel en vigueur en 2016, était fixée à perpétuité pour négligence criminelle se retrouve abaissée à 10 et 14 ans. Quant au chef de conduite avec les facultés affaiblies, la Couronne a fait savoir qu’elle pourrait ne pas avoir de preuves à offrir mais seulement au stade des plaidoiries sur sentence. Il semble que Mme Loranger avait de l’alcool dans le sang mais avec un taux qui serait inférieur à la limite permise.

Rappelons que la dame avait été impliquée dans un accident le 21 juillet 2016 sur le rang Saint-Malo dans le secteur Sainte-Marthe-du-Cap. Elle était alors au volant du véhicule et son conjoint, Luc Désilets, prenait place du côté passager. Elle était suivie par deux autres véhicules. Sa vitesse se situait alors à 10 ou 20 km/h de sorte que l’un des véhicules a dépassé Mme Loranger. Le second véhicule a voulu faire la même chose mais pendant la manoeuvre de dépassement, Mme Loranger a soudainement augmenté sa vitesse à 100 km/h, obligeant le véhicule à reprendre sa place à l’arrière.

Mme Loranger a entrepris à son tour une manoeuvre de dépassement du premier véhicule qui l’avait au préalablement dépassée. Ce faisant, elle a accroché l’arrière d’un véhicule circulant dans la direction opposée avant d’entrer en collision frontale avec la voiture suivante.

L’impact a été très violent. Luc Désilets a perdu la vie. Mme Loranger a été grièvement blessée tout comme la conductrice de l’autre véhicule impliqué dans la collision frontale. La victime a notamment subi plusieurs fractures et blessures qui lui ont laissé des séquelles importantes.

De son côté, Me Lupien a tenu à rappeler qu’à la suite de cet accident, sa cliente a dû subir à ce jour pas moins de 13 interventions chirurgicales et qu’elle souffre de problèmes de santé importants. C’est ce qui explique les délais judiciaires.

Un rapport présentenciel sera confectionné pour guider le tribunal sur la peine à prononcer. Le dossier a donc été reporté au 19 octobre pour la forme. À cette date, la déclaration de la victime et le rapport présentenciel seront remis aux parties. Les plaidoiries sur sentence devraient avoir lieu en novembre ou décembre.