En mars 2016, Guillaume Picotte et Kevin Leblanc ont été interceptés par la police de Trois-Rivières alors qu’ils se dirigeaient vers la maison de l’ancienne amoureuse de Guillaume Picotte. Ils avaient comploté d’enlever cette dernière et de tuer ses parents.

Complot pour meurtres: Picotte veut être libéré

Trois-Rivières — Condamné en septembre dernier à 46 mois d’emprisonnement pour un complot pour meurtres, Guillaume Picotte défilera bientôt devant la Commission des libérations conditionnelles dans l’espoir de quitter la prison.

Picotte avait à peine 18 ans en mars 2016 lorsqu’il a comploté avec Kevin Leblanc, un autre individu de Saint-Paulin, afin d’enlever son ex-copine et de tuer les parents de cette dernière. Picotte acceptait mal la rupture amoureuse avec cette adolescente.

Le complot avait été déjoué par la police de Trois-Rivières, avertie par la mère de Leblanc. Elle avait constaté dans l’ordinateur de son fils la teneur d’échanges entre les deux jeunes hommes.

Ceux-ci ont été interceptés par la police, alors qu’ils se dirigeaient vers la maison de l’ancienne amoureuse de Picotte. «Il y aura une demande d’audience. Il sera vu d’ici le 29 mars», confirme Me Nathalie Tremblay, avocate de Picotte dans son dossier de libération conditionnelle.

Me Tremblay ignore pour le moment la date précise à laquelle cette étape aura lieu.

Guillaume Picotte

Picotte a été incarcéré de façon préventive durant environ 18 mois. Étant donné que ce type de détention est comptée à temps et demi, la peine nette à purger à partir du 15 septembre 2017 était de 19 mois. Picotte est admissible à une libération conditionnelle après avoir purgé le tiers de sa peine, soit vers la fin du mois de mars 2018.

La Commission des libérations conditionnelles rencontrera Guillaume Picotte dans le but de trancher s’il est apte ou non à bénéficier d’une libération conditionnelle. Si la Commission accepte de le libérer, Picotte ne sera pas libre comme l’air. La Commission lui imposera différentes conditions, dont celle de séjourner durant quelques mois dans une maison de transition.

Un individu qui séjourne dans une maison de transition doit s’astreindre à certaines règles. Il devra suivre différents programmes d’aide, rencontrer des intervenants, respecter un couvre-feu, etc.

Guillaume Picotte avait plaidé coupable à des accusations de complot pour meurtre des parents de son ex-copine, d’introduction par effraction et de possession d’armes dans un dessein dangereux.

La peine de 46 mois d’emprisonnement a été soumise conjointement par l’avocat de Guillaume Picotte, Me Guy Quirion, et par Me Benoît Larouche, avocat de la poursuite. Les deux parties en sont venues à cette suggestion après avoir tenu des discussions sur plus d’une année.

Pour sa part, Kevin Leblanc a écopé d’une peine de 48 mois d’emprisonnement en septembre 2017.