Maxime Moar a été appréhendé jeudi, après une intervention musclée, tout près de la sortie Notre-Dame à Trois-Rivières.
Maxime Moar a été appréhendé jeudi, après une intervention musclée, tout près de la sortie Notre-Dame à Trois-Rivières.

Comparution du présumé chauffard Maxime Moar

Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — Le chauffard impliqué dans la poursuite policière qui a eu lieu jeudi après-midi sur l’autoroute 55 entre Trois-Rivières et Shawinigan a finalement comparu, vendredi, au palais de justice par visioconférence à partir du poste de la Sûreté du Québec où il était incarcéré.

Il s’agit de Maxime Moar, 29 ans domicilié à Trois-Rivières. Il est formellement accusé de conduite dangereuse, d’entrave, d’avoir résisté à son arrestation et de méfait sur des véhicules de police.

La Couronne s’est objectée à sa remise en liberté compte tenu de ses antécédents judiciaires en matière d’entrave, de méfaits, de vols de véhicule et de bris de conditions. Son avocat, Me Yan Primeau, a demandé au juge Simon Ricard de reporter l’enquête sur détention au lundi 17 août pour la forme.

En début d’après-midi jeudi, un véhicule de patrouille de la Direction de la police de Trois-Rivières a voulu intercepter le suspect pour une infraction au Code de la sécurité routière sur l’autoroute 55 mais il a refusé de s’immobiliser. Les policiers l’ont poursuivi quelques minutes pour ensuite abandonner en raison du risque élevé de dommages collatéraux.

Le fuyard s’est rendu jusqu’à Grandes-Piles mais a rebroussé chemin en raison des travaux. Il a été localisé par des policiers de la Sûreté du Québec sur l’autoroute 55 alors qu’il revenait à Trois-Rivières. Une autre poursuite a été entreprise jusqu’à son arrestation tout près de la sortie Notre-Dame à Trois-Rivières.

Moar aurait alors résisté à son arrestation, ce qui a nécessité une intervention plus musclée des policiers pour l’immobiliser.