Cloutier ne se rétractera pas

TROIS-RIVIÈRES — Denis Cloutier abandonne l’idée de demander le retrait de son plaidoyer de culpabilité dans un dossier de crimes sexuels.

Alors qu’il était au deuxième jour de son procès, en mai, cet individu de 43 ans avait décidé de plaider coupable à deux accusations d’agression sexuelle contre une jeune femme. Le juge Jacques Trudel avait alors vérifié auprès de Cloutier si son plaidoyer de culpabilité était libre et volontaire et s’il reconnaissait les gestes reprochés.

Un rapport présentenciel et un rapport sexologique avaient par la suite été confectionnés. Sauf qu’au retour de la cause en septembre au palais de justice de Trois-Rivières, à l’étape des représentations sur la peine, Cloutier a manifesté son désir de se rétracter.

Son avocat de l’époque, Me Jean-François Lauzon, s’est alors retiré du dossier. Me Pénélope Provencher a pris la relève et a obtenu du juge Trudel un délai afin de prendre position sur la suite du dossier.

Cloutier était de retour au palais de justice de Trois-Rivières, lundi. Me Provencher a alors mentionné au juge que son client renonçait à déposer une demande de rétractation. Les représentations sur la peine sont donc la prochaine étape à franchir, ce qui sera fait le 14 janvier.

Denis Cloutier est cet homme qui a de toute évidence profité de la naïveté d’une jeune femme et des croyances ésotériques transmises par sa mère pour forcer la victime à le masturber à de nombreuses occasions entre 2010 et 2013. Lors du témoignage de la plaignante durant le procès, celle-ci avait mentionné que Cloutier avait prétendu avoir emprisonné une démone dans une dague et pour la libérer, elle devait le masturber.