Cloutier Dubé libéré sous condition

TROIS-RIVIÈRES — Accusé d‌’introduction par effraction, Steven Cloutier Dubé a pu reprendre sa liberté lundi en attendant la suite des procédures judiciaires.

Ce citoyen de Trois-Rivières âgé de 29 ans est accusé d’avoir commis ce crime dans un garage d’une résidence de Notre-Dame-du-Mont-Carmel. Le 20 mars, un citoyen a aperçu un véhicule suspect dans l’entrée d’un voisin absent. Il a pris une photo du véhicule et a interpellé un homme en possession d’une boîte. Selon les informations fournies lundi au palais de justice de Trois-Rivières par la poursuite, l’homme se serait précipité dans la voiture, pendant qu’un deuxième individu sortait du garage avec une autre boîte dans les mains.

Ce deuxième individu aurait été incapable de placer ladite boîte dans le véhicule qui a aussitôt décampé. La police a été avertie par le citoyen vigilant et a intercepté le véhicule sur la route 157 pour arrêter les deux individus, dont Cloutier Dubé. Des outils qui auraient été volés ont été trouvés dans la voiture.

Les problèmes de toxicomanie de Cloutier Dubé ont été évoqués durant l’enquête sur la remise en liberté qui a eu lieu lundi. Celui-ci consomme de la cocaïne depuis de nombreuses années. Il désire mettre un terme à ce problème.

Voilà pourquoi l’avocat de l’accusé, Me Mario Mélançon, a proposé au juge Bruno Langelier que son client suive une thérapie de six mois dans un centre spécialisé. Il a fait témoigner la conjointe de Cloutier Dubé qui se dit prête à l’épauler.

Me Catherine Lemay a souligné les nombreux antécédents judiciaires de l’accusé en matière d’introduction par effraction. Il a été condamné à 18 mois de prison en 2014 et à 12 mois de prison en 2011 pour des crimes de cette nature. Selon la procureure de la poursuite, Cloutier Dubé devait demeurer détenu, car il ne commet pas ses crimes uniquement lorsqu’il est intoxiqué.

Selon le juge, la preuve soumise jusqu’à maintenant lui apparaît plutôt convaincante. Il estime toutefois que les conditions offertes par la défense sont satisfaisantes.

En plus de devoir suivre et terminer une thérapie fermée, Cloutier Dubé ne peut notamment consommer de drogue et d’alcool et ne peut communiquer avec son présumé complice.

«Vous êtes à la croisée des chemins de la dernière chance. Saisissez votre occasion», a déclaré le juge Langelier.

Le dossier de Cloutier Dubé sera de retour au palais de justice le 18 juin.

Parlant de complice présumé, Donald Thibeault revient devant le tribunal le 6 avril.