Les condamnations ont eu lieu dans le cadre de l’Opération Furtif du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs qui s’est déroulée le 13 octobre 2016 et qui a nécessité quelque 700 heures de surveillance.

Cinq individus de Pierreville condamnés

PIERREVILLE — Cinq individus de Pierreville ont été condamnés par le tribunal à payer des amendes totalisant plus de 36 000 $ dans le cadre de l’Opération Furtif.

Gaétan Desmarais, Stéphanie Gamelin, Jérémy Desmarais, Richard Desmarais et Monic Provencher ont été condamnés pour diverses infractions, dont avoir pris et gardé des espèces interdites, soit la perchaude, le doré et le brochet, avoir vendu illégalement ces poissons et ne pas voir respecté les conditions du permis de pêche commerciale.

Ces condamnations ont eu lieu dans le cadre de l’Opération Furtif du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs qui s’est déroulée le 13 octobre 2016 et qui a nécessité quelque 700 heures de surveillance.

Le démantèlement de ce réseau de braconnage impliquant cinq pêcheurs commerciaux et aides-pêcheurs a nécessité la participation de 17 agents de protection de la faune.

Les cinq individus ont transporté illégalement l’équivalent de 2500 perchaudes en plus d’avoir eu en leur possession une très grande quantité de dorés et de brochets.

Rappelons que la perchaude est une espèce en danger sous moratoire et qu’il est interdit de la pêcher sur le lac Saint-Pierre et sur une partie du fleuve Saint-Laurent. Quant au doré et au brochet, la pêche commerciale est également interdite sur le lac Saint-Pierre.

Lors de ce démantèlement, une perquisition menée dans une poissonnerie de Pierreville a donné lieu à la saisie d’un bateau, d’un moteur hors-bord, d’engins de pêche en plus de 50 kilos de filets de perchaude, 43 kilos de filets de doré et 18 kilos de brochets. La cour a ordonné la confiscation de tous les objets saisis.

Ce dossier a connu son dénouement le 31 octobre 2018 alors que les individus ont été reconnus coupables sous 10 chefs d’accusation. Le permis de pêche utilisé par ces individus a été suspendu pour trois ans.

Le plus gros des amendes revient à Stéphanie Gamelin (12 000 $) pour possession et vente illégale des poissons, de même qu’à Gaétan Desmarais (11 000 $).