À l'Université du Québec à Trois-Rivières, les camarades de classe d'une des victimes ont affiché leurs messages d'amour et de sympathies sur un babillard de leur département d'ergothérapie.

«C'est si cruel...»

Au lendemain de la sanglante tragédie qui a coûté la vie à trois personnes dans un paisible quartier de Trois-Rivières, les témoignages de sympathie ont déferlé à vive allure, mercredi, sur les réseaux sociaux dans un mélange de tristesse, de colère et d'incompréhension.
Sur les pages Facebook des victimes ainsi que sur les pages visant à leur rendre hommage, des centaines de messages ont permis à des proches, amis et même des étrangers, d'évacuer leurs émotions provoquées par le bouleversement survenu sur la rue Sicard.
«Je garde en mémoire une fille joyeuse, extraordinaire, pleine de vie avec ton sourire contagieux! Repose en paix cocotte. On ne t'oubliera jamais», a écrit une amie de la plus vieille des victimes, âgée de 22 ans.
«Tu savais mettre de l'ambiance partout où tu allais et j'espère que tu continues à le faire dans un autre monde», a renchéri une autre amie.
Visiblement, les meurtres des deux soeurs et du copain de la plus jeune d'entre elles n'ont laissé personne indifférent. «Impossible de croire que la vie peut être aussi injuste, qu'elle puisse enlever de cette terre aussi vite et de cette façon inacceptable une aussi belle personne qui met du soleil et de la joie dans la vie de toutes les personnes qu'elles rencontrent... C'est si cruel...», a écrit une internaute.
Certaines personnes ont d'ailleurs dirigé leurs commentaires vers le jeune couple qui a été abattu. «Personne ne mérite ce qui vous est arrivé. Vous aviez une belle vie à vivre et quelqu'un vous l'a enlevée. Vous étiez beaux et vous l'êtes encore... Reposez en paix les deux ensemble», pouvait-on lire.
Évidemment, plusieurs ont pris soin de mentionner qu'ils souhaitaient que les responsables de ces crimes soient punis de manière exemplaire. «Mais quelle histoire horrible. Je n'ai pas de qualificatif pour décrire un tel geste. Je souhaite tellement que justice soit faite pour une fois», a écrit un d'entre eux, appuyé par une autre internaute; «Normalement, la vie fait bien les choses, alors le retour leur sera dû pour les actes qu'ils viennent de poser! Espérant que justice sera rendue.»
Drapeau en berne à l'UQTR
Du côté de l'Université du Québec à Trois-Rivières, où étudiait l'une des victimes, on a notamment mis le drapeau en berne en guise de témoignage de sympathies envers les personnes affectées par la tragédie. De plus, les cours ont été annulés pour le reste de la semaine dans le programme d'ergothérapie auquel la victime était inscrite.
Aussi, la direction de l'UQTR s'est assurée de déployer le personnel nécessaire afin d'offrir un soutien psychologique à tout le monde qui en ressentait le besoin.