Roxanne Muise et Shawn Wesley Gervais

«C'est la pire erreur de ma vie»: la sentence de Roxanne Muise pour une violente agression armée sera connue cet été

TROIS-RIVIÈRES — Ce n’est pas avant cet été que Roxanne Muise connaîtra la sentence qui lui sera imposée en lien avec cette violente histoire d’agression armée, d’enlèvement, de séquestration et d’agression sexuelle survenue le 9 juin 2018 à Trois-Rivières.

La jeune femme de 25 ans s’était livrée, par le biais de la complicité, à des voies de fait armées, voies de fait causant des lésions et la séquestration d’un homme qui l’aurait, selon elle, agressée sexuellement auparavant. Bien qu’elle n’ait pas elle-même frappé directement cet individu, elle a contribué à lui tendre un piège en l’invitant dans une chambre d’hôtel et a laissé son conjoint, Shawn Wesley Gervais, et deux autres hommes le battre sans intervenir par esprit de vengeance. La victime avait été frappée à plusieurs reprises, à coups de pied et de poing et avec une barre de fer. Il avait été ligoté, cagoulé et embarqué de force dans un véhicule et conduit dans un endroit isolé près de l’autoroute 40 dans le secteur Pointe-du-Lac où il avait de nouveau été frappé à plusieurs reprises. Shawn Wesley Gervais avait même utilisé une barre de fer pour agresser sexuellement l’homme en tentant de le lui insérer dans l’anus. La victime avait été laissée pour morte près de l’autoroute 40 à Pointe-du-Lac.
Cet homme a subi plusieurs blessures, dont une fracture du pied, des ecchymoses et des lacérations sur le visage, la tête, le corps et l’anus. Il a également été victime d’un choc post-traumatique et il souffre encore aujourd’hui d’un trouble d’anxiété généralisé, d’hypervigilance et de phobie sociale.

Dans le cadre des plaidoiries sur sentence, l’avocat de la défense, Me Alexandre Biron, a demandé à la juge Guylaine Tremblay d’imposer une peine de 90 jours de prison discontinue à sa cliente afin de lui permettre de conserver ses acquis. Il a notamment insisté sur le fait qu’elle savait que son conjoint voulait lui faire un mauvais parti mais jamais que l’agression allait dégénérer à ce point.

Interrogée à ce sujet, Roxanne Muise a elle-même avoué qu’elle trouvait ça «dégueulasse» et que personne ne méritait pareil traitement. «C’est la pire erreur de ma vie», a-t-elle déclaré. Certes, elle a fini par admettre qu’elle voulait elle aussi se venger pour l’agression sexuelle dont elle prétend avoir été victime (sa plainte n’a pas été retenue) mais qu’elle a surtout été forcée de participer à ce complot par son conjoint, un homme qu’elle a décrit comme faisant preuve de violence psychologique avec elle. Son avocat a aussi mentionné que la jeune femme est un actif pour la société, qu’elle est mère de trois enfants, dont un qui nécessite des soins plus soutenus, et qu’elle n’a aucun antécédent judiciaire.

La procureure de la Couronne, Me Catherine Lemay, a livré une plaidoirie très intense dans laquelle elle soutient que les gestes posés par Roxanne Muise nécessitent une peine de trois ans de pénitencier. Elle a insisté sur la gravité des gestes, la préméditation qui a perduré une semaine, sur le motif de vengeance, sur le piège qui a été tendu et sur le fait qu’elle n’est jamais intervenue pour venir en aide à la victime. «On ne peut pas se faire justice soi-même», a-t-elle martelé.

La juge a pris la cause en délibéré. Le dossier reviendra le 30 avril pour fixer la date de la sentence. D’emblée, elle a annoncé que Roxanne Muise devait s’attendre à une peine probablement plus élevée que 90 jours de prison discontinue. C’est pourquoi elle veut prononcer la peine à la fin de l’année scolaire.  

Rappelons par ailleurs que son conjoint Shawn Wesley Gervais a été condamné à une peine de six ans de pénitencier pour cette agression. Il a porté sa cause en appel. Son père Carl Gervais a écopé de 66 mois. Le dossier de l’autre présumé complice, Kirt Gervais, est toujours pendant.