Réal Rousseau, à son arrivée au palais de justice de Trois-Rivières.

Cédrika: un suspect écarté de la liste

La Sûreté du Québec confirme qu'elle a écarté un suspect dans son enquête sur la mort de Cédrika Provencher. L'homme qui était sur la liste des suspects potentiels pour le meurtre de la fillette a passé le test du polygraphe récemment, et est maintenant écarté de cette liste.
«Nous avons en effet éliminé un suspect qui a passé le test du polygraphe mercredi», a confirmé Christine Coulombe, porte-parole de la Sûreté du Québec, sans toutefois confirmer l'identité de la personne ciblée.
Cependant, selon le Journal de Montréal, il s'agirait de Réal Rousseau, un homme de 76 ans de Trois-Rivières qui fait actuellement face à 11 chefs d'accusation pour des crimes à caractère sexuel qui auraient été commis sur des personnes mineures.
Une information du public, reçue après la découverte des ossements de Cédrika en décembre 2015, avait conduit les policiers au domicile de Rousseau, qui avait alors été rencontré par les enquêteurs. Le test du polygraphe aura donc permis de l'écarter de la liste des suspects.
Réal Rousseau aurait fait quatre victimes de 1974 à 1981. Il fait face à des accusations de viol, d'inceste, d'attentat à la pudeur et de grossière indécence sur ses présumées victimes. Il a été remis en liberté en attendant la suite des procédures, qui sont prévues pour cette semaine.
Visiblement soulagé d'être écarté de la liste des suspects, l'homme a confié au Journal de Montréal avoir été victime d'intimidation. «Les gens jasaient beaucoup, j'ai le coeur en compote. Je veux que tout le monde sache maintenant que je n'ai pas de lien avec la mort de l'enfant. La moitié des gens ici me connaissent, on m'écoeure en lien avec ça. Là, je veux que ça cesse le plus vite possible», a déclaré l'homme qui réside dans le secteur Cap-de-la-Madeleine.
Cédrika Provencher
Interrogé au sujet du suspect écarté, Henri Provencher, le grand-père de Cédrika, a préféré s'abstenir de commentaires. 
«Maintenant que Cédrika est retrouvée, je préfère laisser à ses parents le soin de traiter ce genre de chose. Je vais continuer à m'occuper de la fondation, mais pour les réactions de la famille, il vaut mieux voir avec eux.»
Rappelons que les recherches dans le boisé de Saint-Maurice, où ont été retrouvés des ossements en décembre 2015, ont repris le 21 juin dernier.
Les policiers de la Sûreté du Québec se sont rendus sur les lieux, non loin de l'autoroute 40, et n'y ont passé qu'une seule journée, visiblement à la recherche d'un élément précis pour l'enquête. 
Des ossements identifiés comme étant ceux de Cédrika Provencher avaient été retrouvés le 11 décembre dernier dans ce boisé de Saint-Maurice, laissant place à une vaste opération de recherches pendant plusieurs jours. 
Plus de 200 policiers ont été mobilisés à cet endroit afin de recueillir le moindre élément de preuve possible, huit ans et demi après la disparition de la fillette.