Carl Gervais reste détenu contrairement aux autres

Trois-Rivières — En raison de ses antécédents judiciaires, Carl Gervais a échoué dans sa tentative de reprendre sa liberté en lien avec cette sordide affaire d’agression armée, d’enlèvement, de séquestration et d’agression sexuelle sur un tatoueur le 9 juin à Trois-Rivières.

Il est d’ailleurs le seul des protagonistes impliqués dans ce règlement de comptes à demeurer derrière les barreaux pour la durée des procédures judiciaires. Au terme d’une enquête sur caution qui s’est tenue vendredi, le juge Jacques Trudel a conclu qu’il présentait un risque de récidive.

Son fils Kirt Gervais, un militaire âgé de 29 ans, a pour sa part eu plus de chance. Son jeune âge et l’absence d’antécédents judiciaires ont notamment milité en sa faveur. Il devra cependant respecter plusieurs conditions dont un couvre-feu. Ils reviendront en cour le 7 août.

Carl Gervais et Kirt Gervais sont respectivement le père et le frère de Shawn Wesley Gervais, soupçonné être l’instigateur de cette violente agression armée dont l’objectif était d’assouvir une soif de vengeance. Dans le cas de Kirt Gervais, qui est membre des Forces armées canadiennes depuis une dizaine d’années, on ignore encore s’il pourra conserver son emploi à titre de réserviste. Son supérieur a expliqué, vendredi, au tribunal qu’aucune décision n’avait encore été prise sur son avenir au sein de l’armée.

Son avocat, Me Yvan Braun, a d’ailleurs insisté dans sa plaidoirie sur le fait que son client avait toujours été un actif pour la société et qu’il n’avait pas d’antécédent de nature criminelle.

Quant à Carl Gervais, son avocat Me Jean-Sebastien Gladu a pour sa part fait valoir que son client avait certes des antécédents en matière de stupéfiants et de vol mais rien au niveau de la violence. Il a aussi indiqué que Carl Gervais s’était maintenant repris en main et qu’il avait un emploi mais cela n’a pas suffi.

La procureure de la Couronne, Me Pascale Tremblay, avait justement insisté grandement sur la gravité du crime, son niveau de préméditation, les lésions infligées à la victime, l’aspect vengeance de cette histoire et la qualité de la preuve qu’elle estime très importante.

On sait que Shawn Wesley Gervais et sa conjointe Roxanne Muise ont eux aussi été remis en liberté avec de sévères conditions.

Rappelons que Shawn Wesley Gervais entretenait avec sa conjointe une relation de couple ouvert. Le 2 juin, la jeune femme aurait décidé de passer la soirée avec son tatoueur. Elle aurait ainsi loué une chambre d’hôtel aux Suites de Laviolette. Au cours de la soirée, son conjoint l’aurait texté pour lui demander de revenir à la maison car il avait des problèmes avec les enfants. Celle-ci aurait voulu quitter immédiatement mais il semble que le tatoueur en aurait décidé autrement. Selon les dires de la femme, il l’aurait forcée à avoir une relation sexuelle, ce que nie le tatoueur.

À ce sujet, l’enquêteur Carl-Olivier Dubé de la police de Trois- Rivières a rappelé que l’enquête était toujours en cours sur cet aspect en raison d’un litige sur la notion de consentement.

Roxanne Muise aurait raconté les événements à son conjoint qui aurait promis de se venger. Un plan aurait donc été élaboré pour attirer le tatoueur dans une chambre d’hôtel le 9 juin. Shawn Wesley Gervais, Kirt Gervais et Carl Gervais auraient alors fait irruption dans la chambre pour tabasser l’homme en lui donnant des coups de pied, des coups de poing et le frapper avec une barre de fer. Ils l’auraient ensuite déshabillé, l’auraient ligoté, lui auraient mis une taie d’oreiller sur la tête pour ensuite le jeter dans le coffre d’une voiture.

Ils l’auraient emmené sur la rue Toussaint-Biron où ils l’auraient de nouveau passé à tabac. Ils l’auraient agressé sexuellement à l’aide d’un bâton télescopique pour ensuite le laisser pour mort. La victime aurait réussi à se défaire de ses liens et à marcher sur l’autoroute 40 pour aller chercher de l’aide. Cet homme souffre aujourd’hui de plusieurs blessures et a perdu son emploi.

Tout dépendant de leur participation, plusieurs accusations ont été portées contre les suspects, c’est-à-dire enlèvement, séquestration, voies de fait graves, voies de fait armées, agression sexuelle armée, agression sexuelle causant des lésions, menace, introduction par effraction et vol qualifié.