La SQ est débarquée sur la 11e Avenue dans le secteur Grand-Mère afin de recueillir des informations qui permettraient de comprendre les circonstances dans lesquelles une fillette d'un an a subi des blessures par brûlures.

Bébé brûlé à Shawinigan: la SQ revient à la charge

La Sûreté du Québec ne lésine pas sur les efforts afin de faire la lumière dans le dossier de la fillette d'un an qui a subi des blessures par brûlures à la fin du mois de juillet dans le secteur Grand-Mère à Shawinigan.
Les policiers ont fait du porte-à-porte dans le quartier dans l'espoir de faire progresser ce dossier.
Des enquêteurs étaient en effet de retour sur la 11e Avenue, lundi, dans l'espoir de recueillir des informations qui permettraient d'élucider les circonstances entourant cette histoire.
Concrètement, les policiers ont fait du porte-à-porte pour interroger des voisins ou toute personne pouvant détenir des informations qui leur permettraient de faire avancer l'enquête. Ils ne sont cependant pas entrés à l'intérieur de la maison où l'enfant a été brûlé aux mains le 29 juillet dernier. Un poste de commandement a également été installé près de l'immeuble à logements.
«Les policiers ont passé une partie de la journée sur les lieux et ont quitté vers 14 h», raconte Annie Thibodeau, porte-parole de la Sûreté du Québec pour la Mauricie.
On se rappellera que des enquêteurs des crimes majeurs et des techniciens en identité judiciaire étaient également retournés sur les lieux quelques jours après l'événement en août afin de fouiller le deuxième étage du duplex. La visite de lundi constituait donc la troisième des policiers dans ce secteur relativement à ces événements.
Par ailleurs, la fillette qui avait été soignée au centre hospitalier Sainte-Justine à Montréal en raison de la gravité de ses blessures a finalement obtenu son congé de l'hôpital. Son état de santé s'est amélioré, mais elle devra y retourner régulièrement afin de subir des traitements requis par sa condition. Elle devrait de plus garder des séquelles.
Aucune arrestation n'a été effectuée jusqu'à maintenant dans ce dossier. Les enquêteurs travaillent donc présentement afin de déterminer si l'accident qui a causé d'importantes blessures aux mains de la fillette d'un an constitue la conséquence d'un acte criminel.
Comme ce fut le cas lors des visites précédentes, la présence des policiers a attiré l'attention des résidents de ce quartier résidentiel du secteur de Grand-Mère au cours de la journée de lundi. 
Selon des informations recueillies, la famille a emménagé à cet endroit il y a environ trois mois. Les policiers s'y seraient d'ailleurs rendus dans les semaines ayant suivi l'arrivée de la famille, apparemment en raison d'une dispute.
Un autre enfant habite le même logement que la fillette blessée.
La Sûreté du Québec rappelle que toute information sur des actes criminels ou des événements suspects peut être transmise de façon confidentielle à la Centrale de l'information criminelle au 1 800 659-4264.
Avec la collaboration de Marie-Josée Montminy