Cet immeuble de 12 logements a été ravagé par un incendie survenu en janvier 2016.

Bâtisse incendiée: Louiseville fera démolir

La Ville de Louiseville lancera un appel d'offres d'ici quelques jours afin de trouver une entreprise qui démolira un immeuble à logements incendié de la rue Notre-Dame Sud.
Au début de janvier 2016, un incendie a lourdement endommagé cette propriété de 12 logements. Après avoir laissé une certaine période de temps au propriétaire pour régler la question, sans succès, la Ville a entrepris des démarches légales à l'automne.
Le 21 octobre, la Cour supérieure ordonnait à Benoit Ferron de faire démolir l'immeuble dans un délai de 30 jours. En raison de l'inaction du propriétaire, la Ville obtenait le droit de faire démolir la bâtisse et de lui envoyer la facture.
M. Ferron a répliqué à la mi-novembre en envoyant une mise en demeure à la Ville, affirmant qu'il n'avait pas reçu toute la documentation en raison de son incarcération. La Ville ne pouvait plus faire démolir la bâtisse. Elle a toutefois eu gain de cause au début du mois de décembre en recevant l'aval de la cour.
Louiseville n'a d'autre choix que d'aller en appel d'offres. Selon les informations fournies lors de la séance du conseil municipal de lundi, la Commission de la construction du Québec interdit que ce genre de travaux soit effectué par les employés municipaux.
«Les estimations des travaux de démolition varient entre 100 000 $ et 125 000 $. On va faire démolir la bâtisse et on va mettre ça sur le compte de M. Ferron. C'est lui qui va payer pour ça, c'est officiel. On a passé en cour et le juge nous donne raison», mentionne le maire de Louiseville, Yvon Deshaies.
L'incendie a entre autres ravagé le troisième et dernier étage de cette bâtisse. Celle-ci est considérée comme étant dangereuse et suscite certaines inquiétudes dans le voisinage.
«On a obligé M. Ferron à barricader la bâtisse et ça a été fait. Mais des voisins ont vu entrer des gens. Il y a environ deux semaines, on a constaté que les planches de plywood (contre-plaqué) avaient été enfoncées et la Ville en a remplacé. Mais je ne peux pas mettre un gardien là-bas. Il faut démolir. C'est une question de sécurité», rappelle M. Deshaies.
L'incendie de cet immeuble de 12 logements entraîne la perte d'un droit acquis, étant donné que ce genre de propriété n'est plus permis dans ce secteur de Louiseville. Le maire Deshaies assure que Benoit Ferron pourra reconstruire un édifice de quatre logements à cet endroit.