Au palais de justice avec des armes blanches

Trois-Rivières — Un homme de 35 ans aurait eu des propos intimidants à l’endroit d’un employé du palais de justice de Trois-Rivières alors qu’il portait sur lui des armes blanches. Retracé par des policiers à quelques rues du palais de justice, l’homme a dû être maîtrisé avec l’aide du pistolet à impulsions électriques. 

L’homme s’est présenté jeudi matin au palais de justice de Trois-Rivières. C’est alors qu’il aurait eu des propos menaçants. 

«Vers 10 h 00, un individu qui se trouvait visiblement dans un état mental perturbé, aurait fait irruption à l’intérieur du Palais de justice et aurait demandé à rencontrer un procureur. C’est à ce moment qu’un agent de sécurité aurait aperçu un couteau dans les vêtements de l’individu. Il aurait avisé le suspect qu’il ne pouvait entrer à l’intérieur avec une arme. Celui-ci aurait quitté par la suite», explique le sergent Luc Mongrain, porte-parole de la police de Trois-Rivières. 

Avisés par le service des constables spéciaux, des patrouilleurs se sont mis à la recherche de l’homme. Ce dernier a été localisé sur la rue Royale. Les policiers l’ont alors interpellé, mais l'homme aurait encore eu une attitude menaçante. 

«L’individu en crise était toujours en possession de deux couteaux et ne collaborait pas aux directives des policiers. Ces derniers ont dû utiliser l’arme à impulsions électriques pour maîtriser le suspect», note le sergent Luc Mongrain. 

En vertu du protocole en place lors de l’utilisation d’un pistolet à impulsions électriques, l’homme a été transporté par ambulance au centre hospitalier afin de subir des examens plus approfondis. 

«Le suspect, un homme de 35 ans connu des milieux policiers, comparaîtra vendredi le 26 juin afin de faire face à des accusations de menaces, harcèlement et d’agression armée», soutient le sergent Mongrain.