Arnaques de grands-parents: Maxime Lachapelle plaide coupable

TROIS-RIVIÈRES — Maxime Lachapelle, 28 ans, a disposé de ses dossiers, mercredi, en plaidant coupable à une quinzaine d’accusations liées à sa participation à des arnaques de grands-parents.

Il a admis avoir agi à titre de collecteur pour le compte d’une organisation dont l’une des têtes dirigeantes était Steven Devantro. En fait, c’est Lachapelle qui faisait le transport du collecteur qui se rendait directement dans les maisons des victimes pour récupérer l’argent. Il devait ensuite ramener le butin aux responsables domiciliés à Montréal.

Entre décembre 2015 et février 2016, il a ainsi participé à une quinzaine de fraudes ou tentatives de fraude à Trois-Rivières, Nicolet, Louiseville, Plessisville, mais aussi dans les secteurs d’Iberville, Bedford et Saint-Jean-sur-Richelieu.

Ses délits ont permis de substituer aux personnes âgées plus de 44 000 $. La valeur des tentatives de fraude se chiffre à plus de 50 000 $. Chaque délit lui a rapporté environ 200 $.

On se rappellera que c’est l’arrestation d’Alexandre Dubé et de Sébastien David Perez Sauvé en février 2016 qui avait permis de mettre un terme aux activités de ce réseau d’arnaqueurs.

Ces derniers s’en étaient pris notamment à une femme de Trois-Rivières, Simone Leblanc, en lui volant 7000 $. Or, les deux fils de cette dernière avaient découvert le pot aux roses et avaient réussi à intercepter les deux collecteurs en attendant l’arrivée des policiers. Les forces de l’ordre avaient ensuite été en mesure de démanteler ce réseau en arrêtant plusieurs individus, dont Maxime Lachapelle.

Me Martine Tessier à la Couronne a rappelé qu’à ce jour, plusieurs complices ont déjà été mis derrière les barreaux. Dubé a été condamné à une peine de 10 mois de prison alors que Perez Sauvé a été condamné à 12 mois de prison. Devantro a pour sa part écopé de six ans de pénitencier. Les dossiers de deux autres individus sont toujours en cours devant les tribunaux.

On sait que l’arnaque de grands-parents consiste à se faire passer pour un petit-enfant lors d’un contact téléphonique auprès d’une personne âgée. Le fraudeur raconte avoir un urgent besoin d’argent après avoir été victime d’un accident de la route ou avoir été arrêté par les policiers. Il désire ainsi payer une caution ou encore les honoraires d’un avocat.

Il envoie ensuite des collecteurs récupérer l’argent auprès de la victime. Les victimes ont toutes été repérées au hasard en fonction de leur prénom à consonance ancienne comme les Rita, Yolande, Thérèse, Cécile et Simone que ce soit sur 411 ou dans les avis de nécrologie.

Dans le cas de Maxime Lachapelle, son avocat Me David Guévin a demandé qu’un rapport présentenciel soit confectionné puisqu’il n’a aucun antécédent judiciaire.

Les plaidoiries sur la sentence ont donc été reportées au 28 janvier.